Feeds:
Articles
Commentaires

« La raison d’être du droit est de nous permettre de cheminer paisiblement à travers cette vie ombrageuse et d’être guidés à Christ et à la vie éternelle. »
— Johann Oldendorp (1486-1567)

↓ La suite est en anglais, mea-culpa. ↓

Voir aussi :

Monument de Constantin le Grand (272-337) à York où il fut proclamé Empereur romain en 306

Extraits traduits de Bryan Litfin, Getting to Know the Church Fathers : An Evangelical Introduction, Brazos Press, Grand Rapids, 2007, 301 p. ↓

« [C’est une idée fausse] que les Pères de l’Église représentent la “chute” du christianisme. S’il était vrai qu’une apostasie dévastatrice et irréversible avait surgie sous l’Empereur Constantin, alors nous n’enseignerions pas, aujourd’hui, l’héritage patristique de Chalcédoine comme étant la christologie orthodoxe. […] Aussitôt que la menace de la persécution cessa avec l’Empereur Constantin, la nouvelle menace de l’hérésie théologique surgit. Mais l’Église n’est pas pour autant “tombée” pendant ces jours tumultueux, du moins pas plus qu’elle n’est tombée dans notre propre temps. Elle s’adapta simplement à des réalités [jusque-là] inhabituelles avec une détermination renouvelée. »
— Bryan Litfin, p. 256-257.

Lire la suite »

maurice-duplessis

Monument de Maurice Duplessis (1890-1959) à l’Assemblée nationale du Québec

Cet article est reproduit avec l’autorisation de l’auteure. Voyez le billet original ici. J’y ai apporté quelques modifications mineures.

⚜   ⚜   ⚜   ⚜   ⚜   ⚜   ⚜   ⚜   ⚜   ⚜

Maurice Duplessis fut le plus grand homme politique du Québec. Il fut le plus grand Premier ministre que la province ait connu. C’est pourquoi il faut réhabiliter l’homme, et revoir son époque, non pas comme une « Grande Noirceur » mais plutôt comme un âge d’or des Canadiens-Français (cette thèse est soutenue par l’historien Jean-Claude Dupuis du Groupe de réflexion sur les enjeux québécois (GREQ). Son réalisme s’exprime dans la cohérence de ses réalisations. En avance sur son temps, il avait prévenu la dépossession tranquille de la nation que nous subissons depuis la Révolution tranquille. Quinze années qui ont marqué le caractère social, familial et national de chez nous. Comme l’a dit Robert Rumilly : les faits parlent.

Lire la suite »

Ce document est reproduit avec l’autorisation de l’hébergeur originel.

Pour lire des extraits traduits en français du livre L’espérance puritaine (The Puritan Hope) de Iain Murray (dont il est question dans ce document), dirigez-vous vers le site web La Sentinelle de Néhémie.

« Le dessein originel de Dieu était d’amener la création à son accomplissement ultime à travers les processus historiques. Seuls les postmillénaristes soutiennent que la rédemption incorpore la garantie de la réalisation de ce dessein. En reportant pratiquement tout accomplissement de ce dessein à la consommation, les amillénaristes et prémillénaristes permettent au péché et à Satan de gâcher efficacement le dessein édénique originel de Dieu. Ce dessein devait s’accomplir dans l’histoire ; seuls les postmillénaristes rendent possible un tel accomplissement dans l’histoire. »

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Petit rappel historique : Le grand mouvement missionnaire du XIXème siècle – qui explique pourquoi des centaines de millions d’habitants de l’Afrique et de l’Asie sont aujourd’hui des chrétiens – fut crucialement motivé par les convictions postmillénaristes d’hommes tels William Carey et David Livingstone :

What Inspired the Greatest Century of Missionary Advance ? [Chalcedon Foundation]

Librairie_Maastricht

1. Lectures en théologie scripturaire

Sur le concept théologique de la tradition dans la Bible :

Sur la transition historique d’une révélation exclusivement orale vers une révélation exclusivement écrite : Internaute Anonyme, De l’oral seul à l’Écriture seule, Blog Chrétien Protestant, 24 juin 2009.

2. Lectures en théologie historique

Pour l’adéquation de la tradition avec les Saintes Écritures chez Irénée de Lyon : E.J. Hutchinson, Tradition is Scripture, The Calvinist International, 30 juillet 2014.

Pour la subordination des crédos aux Saintes Écritures chez Rufin d’Aquilée : Principium Patristicum de Sancta Scriptura, The Calvinist International, 9 octobre 2015.

Pour la Regula Fidei de Tertullien de Carthage : Bryan Litfin, Getting to Know the Church Fathers : An Evangelical Introduction, Brazos Press, Grand Rapids (Michigan), 2007, p. 115-117.

Pour une allusion d’Athanase d’Alexandrie à la Regula Fidei chrétienne : « Nous voyons donc clairement maintenant l’étendue de cette foi qui est celle des chrétiens, et que nous utilisons comme une règle, l’appliquant nous-mêmes, comme les apôtres l’enseignent, à la lecture des Écritures inspirées. » (Discours contre les Ariens, III, traduit par Elodie Meribault).

3. Lectures en théologie contemporaine

Pour une définition du biblicisme (descendre à l’intertitre « Biblicism ») : John Frame, In Defense of Something Close to Biblicism : Reflections on Sola Scriptura and History in Theological Method, Frame & Poythress, 4 juin 2012.

Pour une analyse et une réfutation du biblicisme (solo scriptura) pseudo-évangélique contemporain :

Pour un une réflexion sur l’autorité pratique de la tradition dans l’Église : Étienne Omnès, Quelle est l’autorité de l’Église ?, Phileo-sophia, 16 mars 2017.

Dernière mise-à-jour : 20 juin 2019.

Chrétiens congrégationalistes dans la Colonie de New Haven (actuel Connecticut) au XVIIe siècle

Chrétiens réformés congrégationalistes assemblés pour le culte collectif dans la Colonie de New Haven (actuel Connecticut) au XVIIème siècle

·

↓ Ce document est téléchargeable et imprimable. ↓

Consultez également cet autre article sur Le Monarchomaque :

Compléments en ecclésiologie sur le blogue Revenir à l’Évangile :


·

Dernière mise-à-jour : 3 juillet 2018.

BornTwice

↓ Ce document est téléchargeable et imprimable. ↓

Ressource EN FRANÇAIS sur l’ordre du salut biblique/réformé :
Sauvé par la foi ou sauvé par le choix ? [Par la foi]

« La grâce divine ne sollicite pas le consentement de l’homme, mais elle l’obtient ; elle ne lui demande pas s’il la veut, mais elle lui donne de la vouloir ; elle ne s’impose pas à lui, mais elle transforme tellement sa volonté que, reconnaissant sa valeur, il se prend à soupirer après elle, et la poursuit jusqu’à ce qu’il l’ait atteinte. […] La grâce divine, je le répète, n’a pas besoin de votre consentement préalable : elle saura vous donner la volonté et l’exécution selon son bon plaisir. » (Charles Spurgeon)