Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘évangélique’

Dernière mise-à-jour : 10 juin 2017.

Chrétiens congrégationalistes dans la Colonie de New Haven (actuel Connecticut) au XVIIe siècle

Chrétiens réformés congrégationalistes dans la Colonie de New Haven (actuel Connecticut) au XVIIe siècle

Ce document est téléchargeable et imprimable.

Consultez aussi sur le même thème : [Le Monarchomaque]

Read Full Post »

La théologie radicale des deux royaumes (abréviation : R2K), telle que popularisée par les théologiens Meredith Kline, Michael Horton, David VanDrunen et Matthew Tuininga dans la seconde moitié du XXe siècle et en ce début de XXIe siècle, insiste énormément sur la notion de droit naturel. Pour ces intellectuels, le droit biblique serait applicable dans l’Église mais pas dans l’État. Inversement, c’est le droit naturel – différent et séparé du droit biblique – serait applicable par l’État. De notre avis, cette position est strictement hétérodoxe. Le tableau ci-après démontre que les théologiens et jurisconsultes éminents de la Réformation du XVIe siècle n’adhéraient pas au concept de loi naturelle telle que promue par la mouvance R2K aujourd’hui (ni même à une embryonnaire de R2K). L’évidence historique conduit à ces observations :

  1. La majorité des dirigeants de la Réformation soutenait que la loi naturelle n’est ni différente de la loi biblique ni autonome par rapport à celle-ci (autrement dit, qu’il s’agit en substance du même droit).
  2. La minorité des dirigeants de la Réformation soutenait que ces deux lois peuvent être distinguées mais que la Chute rend la loi naturelle insuffisante pour réguler les collectivités humaines (ceci explique pourquoi l’Éternel a révélé à l’humanité un dispositif législatif complet dans la Bible).

Aucune de ces deux approches ne corrobore la théorie de la loi naturelle telle qu’exaltée par Kline, Horton, VanDrunen et Tuininga, pour lesquels la loi naturelle n’est qu’un prétexte servant à contourner l’autorité de loi biblique.

↓ Ce document est téléchargeable et imprimable. ↓

Voici ce que Normand Bédard, un ancien de l’Église réformée St-Paul à Repentigny (Lanaudière) enseigne à propos de la loi naturelle dans son article La loi de la nouvelle tolérance (Publications chrétiennes, 7 novembre 2013) :

L’ancienne loi [c-à-d la loi chrétienne] impliquait la foi en un Dieu créateur et normatif. La nouvelle « loi » relèverait d’une morale « humaniste », « naturelle ». Mais qu’est l’humain, et que définit-on comme « naturel » ? À travers les civilisations de l’histoire du monde, il est facile de constater que le « naturel » a eu plusieurs visages, dont la terreur. Rien n’est pire qu’une morale « naturelle », car tout est alors remis au jugement personnel subjectif et, comme l’affirment les chrétiens, ce jugement est entaché du péché avec lequel tous sont nés… Mais justement, nos contemporains nient le péché. À leurs yeux, le seul vrai péché, c’est l’intolérance qu’il leur faut combattre. Dans ce contexte, quel est l’avenir de la société occidentale, et quel est l’avenir du christianisme occidental ?

Ressources supplémentaires sur ce thème :

Read Full Post »