Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘1689 federalism’

Dernière mise-à-jour : 19 novembre 2017.

Je suggère au lecteur de consulter également cet autre billet du même thème sur Le Monarchomaque : La Confession de foi réformée baptiste de 1689 est théonomique.

william.kiffin

Portrait de William Kiffin (1616-1701) par Reformation Art. Kiffin est le principal fondateur de la dénomination réformée baptiste. Le polémiste presbytérien Thomas Edwards (1599-1648) lui accola le sobriquet de « Métropolite de cette Fraternité ».

Ce document est téléchargeable et imprimable.

N.B. Pour des raisons techniques, les hyperliens (adresses url) intégrées dans le corps du texte du document ci-haut ne fonctionnent pas (ne sont pas cliquables). Pour consulter une version de ce document dont les hyperliens fonctionnent, cliquez ici.

Great Seal of England 1651

Parlement puritain de Westminster sur le Grand Sceau d’Angleterre frappé en 1651 : « En la troisième année de liberté, restaurée par la bénédiction de Dieu »

English Abstract: Kuyperianism and Theonomy among the Early Reformed Baptists

This study argues and demonstrates that in the middle of the XVIIth century, the founders of Reformed Baptism were unanimously kuyperians and massively theonomists — rather than pietists and devotees of Radical Two Kingdom (R2K) theology. It also provides evidence that many prominent leaders and key figures of this Puritan denomination in the two following centuries were kuyperians and theonomists.

The author defines Kuyperianism as the affirmation that “the lordship of Christ [extends] over all temporal affairs” and that “Scripture governs all aspects of human life, including culture and government.” Kuyperianism is well summarized in Abraham Kuyper’s inaugural address at the dedication of the Free University of Amsterdam in 1880: “There is not a square inch in the whole domain of our human existence over which Christ, who is Sovereign over all, does not cry: ‘Mine!’,” and in the first of his six Stone Lectures delivered at Old Princeton in 1898: “Calvinism [is] a life-system.”

After reviewing several definitions of Theonomy, the author retains, as qualifying criteria, the promotion (either express or tacit) of the establishment of the protestant religion (not the establishment of a state church) — measured by the refusal of political polytheism (religious pluralism) — and the promotion of the reformation of positive law according to the Bible.

The author defines Pietism as a religious movement that emphasizes “Christian” piety in a Hellenic & Pagan dualistic sense, which opposes “spiritual” otherworldliness to earthly “worldliness” and thus leads to antinomianism and the rejection of the Dominion Mandate.

This study shows that the first generation Reformed Baptists kuyperians and theonomists were: John Spilsbury, William Kiffin, Hanserd Knollys, Daniel Axtell, John Carew, Thomas Patient, Samuel Richardson, Edward Cresset, John Tombes, William Steele, Paul Hobson, Thomas Gower, John Pendarves, John Vernon, William Allen, Christopher Blackwood, and Christopher Feake. All of these godly men were pastors or magistrates (often chaplains in the New Model Army).

The author humbly hopes that this studious scholarship may help clear away some of the present academic and popular confusion regarding Reformed Baptist orthodoxy and identity.

Publicités

Read Full Post »

Signature du National Covenant d’Écosse, Édimbourg, 28 février 1638.

Dernière mise-à-jour : 25 juillet 2017.

Ce document est téléchargeable et imprimable.

Toile de fond sur le thème des alliances divines : La théologie des alliances réformée baptiste [Le Monarchomaque]

Ressources réformées baptistes supplémentaires sur les alliances civiles (aussi dites alliances sociales ou alliances nationales), consultez :

Ressources réformées congrégationalistes sur les alliances civiles et les alliances ecclésiales :

Complément sur l’institution alliancielle qu’est l’État dans la théologie politique de Calvin et d’Althusius :

Pour Calvin, toute la création avec ses relations est liée à Dieu et existe en alliance avec lui. Le gouvernement comme le citoyen existent sous le regard de Dieu, en alliance avec lui et les uns avec les autres. Les êtres humains, étant en alliance avec Dieu, sont appelés à être serviteurs les uns des autres dans des relations mutuelles. Les liens tissés entre les hommes ne sont que l’expression horizontale de la relation verticale qui existe entre chacun d’entre eux et Dieu. Ainsi le social et le culturel sont des domaines où l’homme est appelé à accomplir le grand commandement. «L’équité, d’autant qu’elle est naturelle, est toujours la même pour tous les peuples ; et c’est pourquoi toutes les lois du monde, de quelque affaire que ce soit, doivent revenir à une même équité… Cette équité est le but, la règle et la fin de toutes lois.» Elle (l’équité) est seulement assujettie à la loi perpétuelle de l’amour.

Ainsi l’attitude de Calvin vis-à-vis du gouvernement est plus positive que celle de son aîné de Wittenberg en raison de ses idées sur l’alliance ; mais, en même temps, celles-ci le poussent à être plus critique face aux abus, car cette alliance devrait se concrétiser dans l’amour de l’autre. Celui qui gouverne est et devrait se considérer comme un «ministre de Dieu». En tant que tel, il exerce «une vocation non seulement sainte et légitime devant Dieu, mais aussi très sacrée et honorable entre toutes les autres», et constitue le «tribunal de Dieu sur la terre». En maintenant le droit et la justice, il défend le Royaume de Dieu de façon indirecte, d’une part, en établissant et maintenant la justice sociale et, d’autre part, en érigeant une digue contre l’anarchie et l’hérésie.

[…]

Comme moyen pour développer la vie commune, la politique consiste, essentiellement, à établir un acte d’association constitué par des ententes mutuelles ou des alliances. Cela se réalise par un serment, ou un vœu, inclus dans un pacte précisant comment vivre ensemble dans une reconnaissance mutuelle. Cette confiance, indispensable pour toute action collective, crée le lien par lequel les êtres humains se donnent les uns aux autres, selon les fonctions diverses et variées de la société, dans des alliances qu’ils forment. Tel est le fondement de la «communication» [partage en latin] qui, selon Althusius, n’est pas simplement un fait verbal, mais l’échange et le partage de tout ce qui contribue au bien des individus et de l’ensemble social. La communication est une communion de vie. Un pacte qui lie les personnes qui consentent à vivre ensemble porte des fruits de justice, de paix et de bonheur.

[…]

Dans ses grandes lignes, cette théorie [de Johannes Althusius (1557-1638), un jurisconsulte réformé de Frise orientale] montre comment le protestantisme a contribué au développement des libertés et à l’épanouissement culturel des personnes et des groupes dans la société. Dans ses principes, la théorie politique de la Réforme nous lègue un héritage qu’il ne faudrait pas oublier. Voici quelques-uns de ses traits :

[…]

La notion biblique d’alliance, qui s’exprime dans une multitude d’accords, est fondamentale pour la vie familiale, professionnelle, ecclésiastique, culturelle, économique ou même ludique.

[…]

La tyrannie critiquée par les réformateurs s’est développée dans le monde moderne grâce à l’appui des mythes de la politique du pouvoir et de l’État-Providence. La notion d’une souveraineté [con]fédéralisée et horizontale s’exprimant dans une multitude d’endroits, à la manière d’Althusius, constituerait un garde-fou contre les abus de l’autorité hiérarchisée. Elle permettrait le développement de «différentes sphères de vie sociale [comme l’école chrétienne, l’église locale, le marché public, le syndicat ouvrier ou l’association professionnelle, etc.] qui n’ont rien au-dessus d’elles que Dieu… l’État n’a rien à commander quant à leur domaine». Les concentrations de pouvoir au sein d’un État centralisé anonyme peuvent être dangereuses.

Provenance : Paul Wells, La théorie politique « réformationnelle » et le pacte social [Calvinisme.ch]

EdimbourgCovenant

Signature du National Covenant d’Écosse, Édimbourg, 28 février 1638.

Read Full Post »

Dernière mise-à-jour : 25 juillet 2017.

Je suggère au lecteur de consulter également cet autre billet du même thème sur Le Monarchomaque : Les institutions alliancielles : familles, églises et États

Théologie des Alliances

Ce document présente la théologie des alliances réformé baptiste telle que systématisée et synthétisée par les fondateurs de cette dénomination au XVIIe siècle, puis récemment redécouverte et rafraichie par divers érudits baptistes d’obédience calviniste. Il est téléchargeable et imprimable.

PeopleOfGod

Read Full Post »