Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2014

Le Quatrième Commandement (Exode 20:8-10) : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage… »

Ontario_Sunday_Laws

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, un dispositif de lois canadiennes — provinciales, territoriales et fédérale — interdisaient les travaux et les actes de commerce non-essentiels le dimanche, garantissant ainsi à quasiment tous les citoyens (notoirement à ceux qui étaient économiquement vulnérables) au moins un jour complet de repos par semaine. Avec la montée du sécularisme mercantile, consumériste et hédoniste, les provinces et les territoires ont graduellement effrités ces garanties juridiques que les travailleurs avaient autrefois arrachées de haute lutte au patronat pendant la Révolution industrielle, puis ont fini par en supprimer les derniers éléments. Au palier fédéral, c’est l’omnipotente Cour suprême du Canada qui a tout bonnement renversée la Loi sur le dimanche dans le jugement Big M. Drug Mart.

Au Québec, c’est la Loi sur l’observance du dimanche qui protégeait le droit au repos hebdomadaire. Abrogée le 15 février 1987, cette loi se lisait ainsi :

2. Il est défendu, le dimanche, dans un but de lucre, sauf néanmoins le cas de nécessité ou d’urgence, d’exécuter ou de faire exécuter aucune œuvre industrielle, ainsi que d’exercer aucun négoce ou métier.

3. Chaque contravention à quelqu’une des prohibitions de la présente section rend passible d’une amende de 1 $ au moins et de 40 $ au plus [en dollars de 1907], avec dépens, et, à défaut de paiement, d’un emprisonnement n’excédant pas trente jours pour une première infraction, et d’une amende n’excédant pas 100 $, et, à défaut de paiement, d’un emprisonnement n’excédant pas soixante jours pour toute infraction subséquente.

7. Nul marchand, colporteur ou regrattier, ne doit vendre ni détailler le dimanche aucuns effets, denrées ou marchandises, sous peine d’une amende n’excédant pas 20 $ pour la première contravention, et, pour chaque récidive, d’une amende de pas moins de 20 $ ni de plus de 40 $.

Néanmoins, les effets provenant des quêtes publiques pour le bénéfice des églises et ceux destinés à des œuvres pieuses peuvent être vendus, le dimanche, à la porte des églises des campagnes.

Read Full Post »

Via Info-Bible.

1. Citations (sources primaires) et archéologie

Les manuscrits de la Bible, les citations d’auteurs anciens (Tacine, Pline, Flavius Josèphe, Talmud, Pères de l’Église), les reliques et en particulier le saint suaire, l’archéologie (découverte de l’ossuaire de Jacques à Silwan), la part de l’histoire et de la légende dans les Évangiles.

2. L’authenticité des Évangiles

Les Évangiles : quel crédit leur apporter ? Pourquoi croire seulement les évangiles canoniques (Matthieu, Marc, Luc et Jean) et pas les Évangiles apocryphes (Thomas, Judas, Philippe, Marie) ? Examen de l’utilisation des noms propres et des noms de lieu (toponymes) dans les différents Évangiles.

3. Les prophéties

Jésus a-t-il accompli les anciennes prophéties de l’Ancien Testament ? Peut-on prouver que ces prophéties ont bien été écrites avant sa naissance ? Jésus lui-même, a-t-il fait des prophéties ? Se sont-elles accomplies ?

4. La Résurrection

A-t-on des preuves de la résurrection ? Jésus était-il vraiment mort sur la croix ou seulement évanoui ? Ou alors quelqu’un n’aurait-il pas pu enlever le corps ? Une hallucination collective est-elle envisageable ?

Read Full Post »

Carte du Rhode Island

Dans le métarécit progressiste, la colonie du Rhode Island, fondée par le « baptiste » arminien Roger Williams (1603-1683) en 1644 sur les côtes de la Nouvelle-Angleterre, figure comme précurseur de la laïcité et de la tolérance religieuse. C’est apparemment dans cette micro-société isolée dans une mer de colonies puritaines toutes plus répressives les unes que les autres (sic) que la liberté de religion ainsi que la séparation de l’Église et de l’État se seraient épanouies avant d’essaimer. Mais si on creuse un peu, on s’aperçoit que le Rhode Island colonial n’était pas aussi harmonieux que les chantres de la laïcité veulent nous le faire croire…

Williams spent much of his final decades in protracted debates with Quaker missionaries and refugees to Rhode Island, and what caused him to be so exasperated with his Quaker opponents was primarily their violation of this aspect of civility, the need to conduct public conversation respectfully. Williams could counter the theological errors he attributed to them; he confidently refuted their doctrine of the inner light and their deficient Christology and saw no need to respond to their theological deviance with anything but debate. However, Williams was taken aback by his Quaker opponents’ boisterous behavior and abandonment of common courtesy during the debates. He vehemently objected to their habit of interrupting his arguments, shouting him down, attempting to humiliate him personally with name-calling and ridicule, misrepresenting his convictions, and displaying a noted lack of truthfulness in their own arguments. In short, Williams charged that his Quaker antagonists disregarded necessary rules for decorous conversation and deliberation, and to do so, he said, was « against the sober rules of Civility and Humanity. » This behavior was not, as the Quakers insisted, an acceptable exercise of free conscience. Instead it was a moral violation of the basic requirements of civility, a signal of deep disrespect and a transgression of the procedural rules for public deliberation that Williams held with the highest esteem, so much so that he was willing to entertain the possibility that violators of civility like the Quakers should be subject to legal restrictions.

Source : James Calvin Davis, In Defense of Civility : How Religion Can Unite America on Seven Moral Issues that Divide Us, Louisville (Kentucky), Westminster John Knox Press, 2010, p. 162 sur 198.

Et de telles restrictions légales visant les quakers furent en effet édictées par les autorités civiles du Rhode Island (avant que les quakers ne prennent le contrôle la colonie en 1672 — ils représentaient encore la moitié de la population en 1700) :

Although it is undeniable that every town compact, parliamentary patent, royal charter and constitution since Rhode Island’s founding has proclaimed that freedom of religion is the animating principle of the polity, a number of laws were enacted during the colonial period that were inconsistent with the principle, especially those that penalized Catholics, Jews and/or Quakers. […] A riot in Providence [broke out] during the winter of 1654-55 over the colony’s attempt to establish a regular militia […] Specific laws affecting Catholics, Jews and Quakers, such as the Sunday laws and the laws relating to military service, were an attempt by the polity to address the conflict between religious freedom and civil order.

Source : Scott Douglas Gerber, Law and the lively experiment in colonial Rhode Island [Providence Journal].

Monsieur Gerber élabore son propos dans un article académique qu’il a publié sur la question…

Legislation Targeting Specific Religious Groups

i. Catholics

Although Rhode Island’s 1663 charter proclaimed that “noe person within the sayd colonye, at any tyme hereafter, shall bee any wise molested, punished, disquieted, or called in question, for any differences in opinione in matters of religion,” a statute that some scholars insist was anti-Catholic (and anti-Jewish) was contained in the Digest of Rhode Island Laws of 1719, which was Rhode Island’s first published codification of the laws of the colony. The statute provided in pertinent part that:

All men professing Christianity and of competent estates and of civil conversation who acknowledge and are obedient to the civil magistrate though of different judgments in Religious Affairs (Roman Catholiks only excepted) shall be admitted Freemen and shall have liberty to choose and be chosen Officers in the Colony both military and civil.

The central question in the longstanding debate surrounding this provision concerns the date of its enactment. Because it was printed in the Digest of 1719, some scholars maintain that the provision was enacted prior to that date; more specifically, they contend that it was passed at the March 1663/4 session of the General Assembly.

[…]

The anti-Catholic provision still could have been enacted in 1663/4 because it did not mandate persecution of anyone or deny any kind of protection to anyone, but merely failed to permit Jews and Catholics from becoming freemen, voters, and elected officials. […] Last but far from least, the anti-Catholic provision was, at a minimum, “re-enacted” in 1719, 1730, 1745, 1752, and 1767, and was repealed only in 1783, which was after Rhode Island became a state.

ii. Jews

A strong argument can be made that the enactment in 1673 of a Sunday-Observance law is further proof that freedom of religion in Rhode Island was enjoyed by Christians only. Reverend Johnson was unambiguous on the matter. He wrote:

In 1673, a law was enacted to restrain “gaming and tippling” on Sunday. Whatever may be our aversion to both gaming and tippling, still any law making a misdemeanor punishable because committed on Sunday, ipso facto makes Christianity a law of the State, introduces a union of Church and State to the prejudice of Jews, atheists, pagans, etc., who for their own reasons may wish to treat Sunday with no more reverence than any other day.

The fact that the law in question applied to Sundays only does make it appear as if Christianity was afforded special treatment in the colony. Moreover, that was how the law was enforced by the government. For example, a July 28, 1739, directive The Sunday Law in Newport contained “instructions to the Sunday constables of Newport, in relation to the enforcement of the [Sunday observance law] regulating the proper observance of the Sabbath.” The directive was signed by the governor, his assistants, and two justices of the peace.

[…]

The case of Aaron Lopez and Isaac Elizer provides additional evidence that Jews were sometimes treated unfavorably in Rhode Island. The case traced to the British Naturalization Act of 1740, which made it possible for a Jew in any colony in British America to become naturalized after residing in the particular colony for seven years or more, without being absent more than two consecutive months. However, the Act was not always implemented, including in Rhode Island. With respect specifically to Lopez and Elizer, the Superior Court of Rhode Island rejected their petitions for citizenship as inconsistent with the animating principle of the colony. The court wrote:

By the charter granted to this Colony, it appears that the free and quiet enjoyment of the Christian religion and a desire of propagating the same, were the principal views with which this colony was settled, and by a law made and passed in 1663 no person who does not profess the Christian religion can be admitted free of this Colony. This court therefore unanimously dismiss this petition as wholly inconsistent with the first principles upon which the Colony was founded.

It is difficult to find anything tolerant of non-Christians in that pronouncement from the Superior Court. […]

iii. Quakers, revisited

[…] In 1665, the Rhode Island government passed an order to outlaw Quakers and seize their estates because of their refusal to bear arms. […]  It traced to the decree from the Crown that “all householders, inhabiting this colony [Rhode Island] take the oath of allegiance.” […] Quakers objected […] because it required obedience to the militia laws. The Assembly also had specified that persons who did not take the engagement would not be permitted to “vote for public officers or deputies, or enjoy any privilege of freemen,” which, of course, impacted Quakers directly.

Source : Scott Douglas Gerber, « Law and the lively experiment in colonial Rhode Island », British Journal of American Legal Studies (Birmingham City University), automne 2013, volume 2, numéro 2, p. 453-476.

Read Full Post »

Les véritables catholiques (croyants de la foi universellement vraie) sont les protestants, et les véritables schismatiques sont les romanistes.

Le pamphlet peut être acheté ici pour 12 $.

Read Full Post »

erbm

La doctrine du Sola Scriptura (locution latine signifiant l’Écriture seule), selon laquelle la Bible est l’unique autorité ultime et finale en matière de théologie, est un fondement du protestantisme depuis cinq siècles (quoique cette doctrine existait depuis l’Église primitive).  C’est en maniant adroitement cette doctrine que les protestants peuvent systématiquement démonter les dogmes non-bibliques du catholicisme romain et de la pseudo-orthodoxie orientale. Comment les catholiques et les pseudo-orthodoxes adressent-ils le Sola Scriptura protestant ? Ils s’y prennent de deux manières : en arguant que cette doctrine ne se trouve nulle part dans la Bible et en disant que l’Église n’est pas normée par la Bible puisque c’est l’Église qui a compilé le Nouveau Testament. Nous verrons pourquoi ces deux arguments sont erronés.

Le réformateur protestant William Tyndale, martyrisé par les autorités catholiques de Flandre belge pour le « crime » d’avoir traduit la Bible en vernaculaire (langue du peuple)

Erreur # 1 : « Le Sola Scriptura n’est pas dans la Bible »

Cette allégation, évidemment, est notoirement fausse…

Deutéronome 12:32 : « Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne ; vous n’y ajouterez rien, et vous n’en retrancherez rien. »

Galates 1:6-9 : « Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre évangile. Non pas qu’il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent altérer l’Évangile de Christ. Mais, si nous-mêmes, si un ange du ciel annonçait un autre évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, je le répète à cette heure : si quelqu’un vous annonce un évangile s’écartant de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! »

En Marc 7:5-13, Jésus a vigoureusement fustigé les juifs pharisiens qui ajoutaient leur tradition extra-scripturaire (qui devint éventuellement le Talmud) aux Saintes Écritures (Tanak) : « Il [Jésus] leur dit encore : Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. Car Moïse a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites : Si un homme dit à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est corban, c’est-à-dire une offrande à Dieu, vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou pour sa mère, annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables. »

Subsidiairement, nous pouvons citer Apocalypse 22:18-19 : « Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décris dans ce livre ; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. » Certes « ce livre » désigne ici l’Apocalypse de Jean, mais une règle générale peut être inférée de la gravité de cet avertissement : il ne faut sous aucun prétexte ajouter des innovations humaines à la révélation scripturale divine.

Profession de foi du réformateur protestant Martin Luther à la Diète de Worms (17 avril 1521) en Rhénanie-Palatinat

Erreur # 2 : « l’Église n’est pas normée par la Bible car c’est elle qui a compilé le NT »

Cet argument est plus astucieux que le précédent. Pendant les quatre décennies qui suivent le ministère terrestre de Jésus-Christ (et pas plus ! — lisez Gentry sur ce sujet : PDF | papier), le canon du Nouveau Testament n’est pas encore clos. Pendant cette période, le peuple de Dieu reçoit des révélations par l’entremise les apôtres inspirés du Saint-Esprit. Ainsi, l’Église chrétienne existait et fonctionnait sans avoir à se référer systématiquement au Nouveau Testament (quoique les prédications des apôtres étaient passées au crible de l’Ancien Testament, cf. Actes 17:10-12), et finalement, c’est l’Église qui a compilé le Nouveau Testament et qui a, ce faisant, supposément choisi de quels livres il est composé. Dans cette optique catholique et pseudo-orthodoxe, non seulement l’Église est-elle investie d’une autorité autonome de la Bible, mais Dieu continue d’envoyer des révélations contenant des données théologiques à l’Église, plus précisément au pape et aux patriarches & métropolites.

Outre que cette gymnastique catholique et pseudo-orthodoxe est une vraie boîte de Pandore, elle ne tient pas pas compte que la Bible elle-même nous renseigne que l’Église chrétienne a connu trois différents temps de mise en contact avec la doctrine apostolique : un temps d’instruction exclusivement orale, un temps d’enseignement oral et scripturaire, puis une période exclusivement scripturaire, tel qu’expliqué dans l’article De l’oral seul à l’Écriture seule publié sur le Blog Chrétien Protestant le 24 juin 2009.

Read Full Post »

semper_reformanda

Un individu d’obédience catholique romaine a récemment protesté contre ma réserve vis-à-vis de l’œcuménisme que j’ai émise le 12 juin 2014. Une discussion courtoise et constructive s’est ensuivi, si bien que j’estime approprié de reproduire certains points que j’ai soulevés dans un billet particulier que voici. Ce faisant, je ne cherche pas à offenser mon interlocuteur, simplement à réaffirmer la position protestante.

1. Le culte des saints et le culte marial sont de l’idolâtrie polythéiste

Les catholiques (et les soit-disant « orthodoxes » orientaux) adressent des prières (au sens spirituel) à des personnages autre que le Dieu trinitaire, ces prières confèrent à ces personnages des attributs divins (ces prières sous-entendent que {1} ces morts nous entendent, {2} ces morts peuvent donner suite à nos prières, {3} ces morts ont des pouvoirs surnaturels surhumains), il s’ensuit que les catholiques rendent un culte aux saints, il s’ensuit que les catholiques élèvent les saints au statut de divinités. Ont doit reconnaître qu’en ce faisant, vous n’élevez pas les saints au même niveau que l’Éternel Tout-Puissant. Le catholicisme prône un panthéon des différentes divinités : le Dieu trinitaire au sommet, suivi de très près par Marie, elle-même suivie par la multitude de saints. À propos de l’innombrable kyrielle des saints, le réformateur Jean Calvin a écrit ceci (Institution chrétienne, II:XX:XXII) :

« Depuis qu’on a commencé à considérer les saints comme des intercesseurs, on a peu à peu attribué à chacun une charge particulière et, selon la diversité des affaires, tantôt l’un, tantôt l’autre a été pris comme avocat. De plus, chacun a choisi son saint personnel, se plaçant sous sa sauvegarde, comme en la protection de Dieu. Il est arrivé ce que le prophète reprochait aux Israélites (Jérémie 2:28 ; 11:13) ; non seulement il y avait autant de dieux que de villes, mais aussi autant que de personnes, chacun avait le sien. »

Les catholiques arguent que les prières aux saints ne constituent pas de l’adoration, mais des simples demandes d’intercessions. Or que font-ils alors de 1 Timothée 2:5-6 : « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous » ? Jésus étant pleinement Dieu et pleinement homme, il ne peut y avoir de meilleur intercesseur entre Dieu le Père et les hommes, d’où la doctrine protestante du Solus Christus. Les prières aux saints trépassés profanent l’intercession de Jésus-Christ et, en plus, elles font injure aux personnages historiques que sont les saints (Jean Calvin, Institution chrétienne, III:XX:XXI).

Et de toutes façons, les prières spirituelles aux entités autres que Dieu sont catégoriquement prohibées par la Parole de Dieu (d’où la doctrine protestante du Soli Deo Gloria) :

« Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. » (Matthieu 4:10)

« Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi; moi aussi, je suis un homme. » (Actes 10:25-26)

« C’est moi Jean, qui ai entendu et vu ces choses. Et quand j’eus entendu et vu, je tombai aux pieds de l’ange qui me les montrait, pour l’adorer. Mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu. » (Apocalypse 22:8-9)

« Ils appelaient Barnabas Jupiter, et Paul Mercure, parce que c’était lui qui portait la parole. Le prêtre de Jupiter, dont le temple était à l’entrée de la ville, amena des taureaux avec des bandelettes vers les portes, et voulait, de même que la foule, offrir un sacrifice. Les apôtres Barnabas et Paul, ayant appris cela, déchirèrent leurs vêtements, et se précipitèrent au milieu de la foule en s’écriant : Ô hommes, pourquoi agissez-vous de la sorte ? Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous ; et, vous apportant une Bonne Nouvelle, nous vous exhortons à renoncer à ces choses vaines, pour vous tourner vers le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve. » (Actes 14:12-15)

De surcroît, la communication avec les morts est absolument interdite par Deutéronome 18:9-12 :

« Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. Qu’on ne trouve chez toi […] personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. Tu seras entièrement à l’Éternel, ton Dieu. »

Certes, Marie a une place importante dans l’histoire du salut, on ne doit donc pas la négliger et on doit honorer sa mémoire. Mais cela ne signifie nullement qu’on doit la surélever en lui donnant un rôle et un pouvoir qu’elle n’a strictement pas. À propos du culte marial, Jean Calvin a écrit ceci (Institution chrétienne, III:XX:XXII) — ne soyez pas choqués par cette verve du XVIe siècle :

« Bien qu’ils tâchent de se laver les mains d’un si vilain sacrilège puisqu’il ne se commet pas dans leurs messes ni dans leurs vêpres, comment défendront-ils les blasphèmes qu’ils lisent à haute voix, quand ils prient Éloi ou Médard de regarder du haut du ciel leurs serviteurs pour les aider ? Quand ils supplient la Vierge Marie de commander à son Fils d’acquiescer à leurs requêtes ? Jadis, il a bien été interdit, au concile de Carthage [il s’agit du IIIe concile de Carthage tenu en 397, cf. canon 23], qu’aucune prière faite à l’autel ne s’adresse aux saints. Il est vraisemblable que les bons évêques de ce temps-là, parce qu’ils ne pouvaient pas entièrement retenir et brider la ferveur du peuple, n’ont trouvé que ce demi-remède. »

Matthieu 12:46-50 démontre très bien qu’il ne faut pas mettre Marie sur un piédestal simplement car elle a été fécondée par le Saint-Esprit :

« Comme Jésus s’adressait encore à la foule, voici sa mère et ses frères, qui étaient dehors, cherchèrent à lui parler. Quelqu’un lui dit : Voici, ta mère et tes frères sont dehors, et ils cherchent à te parler. Mais Jésus répondit à celui qui le lui disait : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. »

2. La prétendue virginité perpétuelle de Marie de Nazareth est une fausseté

Le texte biblique est clair. Matthieu 1:18 :

« Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble. »

La clause « avant qu’ils eussent habité ensemble » serait strictement impertinente si, même après qu’ils eussent habité ensemble, ils n’avaient eu aucun rapport charnel. Cette clause est seulement pertinente si sa fonction est de préciser que Marie est tombée enceinte avant qu’elle n’ait connu Joseph charnellement (habiter ensemble se conjugue habituellement avec coucher ensemble pour les époux) : c’est un argument pour la conception miraculeuse de Jésus. Si au contraire, même après la naissance de Jésus et même après leurs épousailles officielles, Marie et Joseph ne remplirent jamais leur devoir conjugal, la clause est superflue et inutile, puisque de toutes façons, peu importe le moment, ils n’ont jamais remplis leur devoir conjugal.

Matthieu 1:24-25 :

« Joseph s’étant réveillé fit ce que l’ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. Mais il ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus. »

Le ministère Bible Ouverte précise, au sujet du verset 25 :

« Le texte spécifie clairement que Joseph n’a eu aucun rapport sexuel avec Marie,  jusqu’à (en grec « heos« ) la naissance de Jésus [cette spécification sous-entend donc qu’ils en eurent après].

Nulle part il n’est fait mention d’une interdiction de relations conjugales ultérieures entre Joseph et Marie. Ce serait d’ailleurs contraire aux commandements de Dieu (Genèse 2:24) : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chaire. » Jésus lui-même rappelle ce commandement à ses disciples, voir Matthieu 19:5 et 19:6, Marc 10:8. Il était donc normal que Marie ait des fils et des filles. »

Et Bible Ouverte renchérit :

« Le mot grec adelphos qui a été traduit par frère est composé de mots signifiant lien et matrice. »

Sur les frères et sœurs de Jésus, le Nouveau dictionnaire biblique (Éditions Emmaüs) dit ceci à l’article Frères du Seigneur (p. 282-283 dans la version de 1983) :

« La question de leur parenté avec Christ a été fort débattue, et diverses théories ont été avancées pour affirmer qu’ils n’étaient que ses cousins [ou ses demi-frères] :

1. Ils auraient été fils d’Alphée (ou Cléopas) et de Marie, sœur de la vierge Marie. Pourtant, le mot cousins n’est jamais employé à leur sujet, bien que l’expression grecque anepsios fasse parfaitement partie du vocabulaire du NT (Col 4.10 : Marc, cousin de Barnabas), pas davantage le terme plus précis de « fils de la sœur » employé pour le neveu de Paul (Ac 23.16), de même que le mot parent (ou cousin) [au sens de membre de la parenté élargie] qui revient 11 fois dans le NT (Mc 6.4 ; Lc 1.36, Lc 1.58 ; Jn 18.26 ; Ac 10.24 ; Rm 9.3, etc.). Il semblerait donc étrange que les « frères du Seigneur » n’aient jamais été appelés cousins s’ils l’étaient vraiment.

D’autre part, Jacques fils d’Alphée étant parmi les apôtres (Mt 10.3), comment pourrait-on dans ce cas dire que les « frères » de Jésus ne croyaient pas en lui (Jn 7.5) ?

2. On suppose que ces « frères » étaient issus d’un mariage précédent de Joseph avec une certaine Escha ou Salomé. La seule raison de cette supposition est la différence d’âge supposée entre Joseph et Marie.

3. Ils seraient nés d’un mariage de lévirat entre Joseph et la veuve de son frère, Cléopas. Ceci de nouveau n’est qu’une pure hypothèse, sans aucun fondement. »

Voila !

Read Full Post »

Billets similaires sur Le Monarchomaque :

Les tableaux et graphiques suivants sont tirés de l’étude de Vincent Geloso, Une perspective historique sur la productivité et le niveau de vie des Québécois : de 1870 à nos jours, HEC Montréal, 2013, 36 p. Construits à partir d’une montagne de données, ils démontrent clairement que le retard économique que le Québec accusait sur le Canada anglais s’est considérablement amenuisé pendant l’apogée de la soit-disant « Grande Noirceur » sous Maurice Duplessis (on lira Jacques Beauchemin pour une analyse du discours de gauche sur cette période). On aperçoit aussi que ce rattrapage continue pendant la décennie de la Révolution tranquille, ce qui établit une continuité plutôt qu’une discontinuité entre ces deux époques (continuité économique, à défaut de continuité culturelle). On notera cependant que la poursuite de cette remontée pendant la Révolution tranquille sous Jean Lesage (et les gouvernements subséquents) est largement due aux transferts d’argent fédéraux et — ce que l’étude ne dit pas — au crédit étatique contracté par le gouvernement provincial. Ces considérations font en sorte que la Révolution tranquille de Jean Lesage apparaît dès lors moins reluisante par rapport à la « Grande Noirceur » de Maurice Duplessis.

HEC.1HEC.2HEC.3HEC.4HEC.5HEC.6HEC.7

Citation des pages 29-30 : « Il y a des raisons de croire que l’évolution relative du niveau de vie au Québec est surestimée après 1960, principalement à cause de l’effet des transferts fédéraux. Entre 1945 et 1957, les transferts fédéraux diminuent relativement à l’économie. Ils passent de plus de 1 % en 1945 à moins de 0,3 % en 1956. C’est seulement à partir de 1957 qu’ils recommencent à augmenter pour atteindre plus de 5 % de l’économie en 1975 […]. L’importance de cette évolution est considérable puisque les transferts fédéraux augmentent beaucoup plus rapidement au Québec qu’ils n’augmentent en Ontario. […] Puisque les autres Canadiens devaient payer davantage (ou recevoir moins) afin de transférer des ressources vers le Québec, cette augmentation des transferts fédéraux pour le Québec par rapport à l’Ontario implique que le niveau de vie des Québécois a été artificiellement augmenté à partir de 1957. »

HEC.8La conclusion de l’étude se clôt par cette phrase : « L’activité accrue de l’État québécois depuis les années 1960 et 1970 a contribué au retour de la stagnation relative du niveau de vie des Québécois par rapport aux Canadiens. »

En complément, j’offre ces renseignements puisés dans la biographie de Maurice Duplessis par Conrad Black, Montréal, Éditions de l’Homme, 1999 (1977), 547 p., traduction de Render unto Caesar par Jacques Vaillancourt.

Read Full Post »

Older Posts »