Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2013

Trois Pères Fondateurs américains : John Adams, Thomas Jefferson et George Washington

J’ai déjà souligné que le christianisme est largement à l’origine du droit politique occidental (voir ici) ainsi que de multiples autres branches de notre droit (voir ici). Conséquemment, il est normal que les citoyens chrétiens soient préoccupés par l’érosion graduelle de nos libertés et garanties juridiques fondamentales face à la tyrannie des appareils étatiques centralisateurs (voir ici ainsi qu’ici). Aux États-Unis, des magistrats et des simples citoyens ont décidés de prendre le taureau par les cornes au lieu de faire l’autruche. La bande-annonce du documentaire Last Line of Defense produit par l’Association des shérifs et officiers de paix constitutionnels nous livre un aperçu de ce mouvement organisé :

Extraits – Richard Mack (shérif à la retraite du comté de Graham en Arizona) sur la souveraineté des États composant l’Union fédérale (du latin feodus, alliance) :

Extraits – Ken Ivory (député à la Chambre des Représentants de la Législature de l’Utah) rappel que les États peuvent et doivent défendre la droiture et la liberté face au despotisme du Fédéral :

Extraits – le shérif Mack sur le devoir constitutionnel du shérif :

À consulter également sur Le Monarchomaque :

Et hors-site : Oath Keepers – Guardians of the Republic

Read Full Post »

Jean Calvin

Pour le juriste et théologien picard Jean Calvin, ne faut pas réputer « la police comme une chose polluée et n’appartenant en rien aux chrétiens. Il est bien vrai que les fantastiques, qui ne cherchent qu’une licence débridée, ont aujourd’hui cette manière de parler : c’est à savoir, que “puisque nous sommes morts par Christ aux éléments du monde, et translatés au royaume de Dieu entre les célestes, c’est une chose trop vile pour nous et indigne de notre excellence de nous occuper à ces sollicitudes de négoces de ce monde desquels les chrétiens doivent être complètement éloignés et étrangers.” Mais comme nous avons naguère averti cette espèce de régime [politique] être différente du règne spirituel et intérieur de Christ, ainsi il nous faut savoir d’autre part qu’elle n’y répugne nullement [la politique au règne de Christ]. Car ce règne spirituel commence déjà sur la terre en nous quelque goût de royaume céleste, et en cette vie mortelle et transitoire quelque goût de la béatitude immortelle et incorruptible ; mais le but de ce régime temporel est de nourrir et entretenir le service extérieur de Dieu, la pure doctrine et religion, garder l’état de l’Église en son entier, nous former en toute équité requise à la compagnie des hommes pour le temps qu’avons de vivre avec eux, d’instituer nos mœurs à une justice civile, de nous accorder les uns avec les autres, d’entretenir et conserver une paix et tranquillité commune. »

Source : Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne, tome IV, chapitre 20, article 2, 1560.

« Mais de condamner le glaive public, lequel Dieu a ordonné pour notre protection et en notre faveur, pour réprimer et empêcher la violence des méchants. Et que pour cette cause le glaive lui est donné en main afin de punir les maléfices. Puis que Dieu lui ordonne de ce faire, qui sommes nous pour l’empêcher ? Semblablement, puisque Dieu nous présente une telle sauvegarde, pourquoi ne sera-il loisible d’en user ? »

Source : Jean Calvin, Brève instruction pour armer tous bons fidèles, 1544 ; réédité chez Droz, Genève, 2007, p. 65.

« Ils se montrent en cela ennemis de Dieu et du genre humain […] Et on ne saurait mieux machiner la ruine du monde, et introduire comme une briganderie partout, qu’en tâchant d’abolir le gouvernement civil ou la puissance du glaive. Laquelle est bien mise bas, s’il n’est licite à un homme chrétien de l’exercer. »

Source : Jean Calvin, ibid, p. 82 ; reproduit dans Neal Blough, « Calvin et les anabaptistes », Théologie évangélique, Vol. 8, No. 3, 2009, p. 197-208.

Read Full Post »

La semaine dernière, nous avons vu comment le protestantisme — et notamment le calvinisme — progresse très rapidement en Chine. Nous avons aussi glissé un mot sur le retour en force du confucianisme qui est soutenu par l’État toujours officiellement communiste qui cherche à récupérer à son profit les notions confucéenne d’harmonie civique et d’obéissance aux divers pouvoirs établis. Il appert donc que le calvinisme et le confucianisme seront deux forces sociales majeures qui entreront bientôt en contact dans la prochaine première superpuissance (si cela n’a pas déjà commencé). Cela générera sans doute des frictions (comme la controverse à propos de l’édification d’une imposante église protestante dans la ville natale de Confucius, Qufu) et potentiellement certaines collaborations ou causes communes. Afin de permettre aux chrétiens francophones d’entrevoir comment ces deux systèmes de croyances pourraient interagir dans le futur, je rends disponible une étude comparative des théologies politiques du confucianisme et du calvinisme, qui est téléchargeable à cette adresse :

Comparaison des théologies politiques du confucianisme et du calvinisme [YouScribe]

J’y expose, sources académiques à l’appui, comment les confucéens et les calvinistes voient l’ordre juridique des collectivités humaines au regard de leurs principes spirituels respectifs.

Voici également le tableau schématique de cette comparaison :

COMPARAISON ENTRE CONFUCIANISME ET CALVINISME

DIFFÉRENCES

CONFUCIANISME

CALVINISME

Concentrer ou diffuser le pouvoir ? Pro-centralisation Pro-décentralisation (principes de subsidiarité et de suppléance)
Type de régime modèle Monarchie absolue « éclairée » République ou monarchie constitutionnelle
Fonctionnement Fonction publique méritocratique accessible à l’élite intellectuelle de l’aristocratie par un rigoureux système examinatoire Gouvernement collégial à composantes électives
Autorité terrestre suprême Règne des « sages » Primauté du droit
En cas de dysfonctionnement… Résistance quasi-illégitime Résistance légitime

RESSEMBLANCES

CONFUCIANISME + CALVINISME

Caractéristiques des gouvernants Gouvernance par des hommes compétents, excellemment éduqués et pieux plutôt que par des simples bien-nés
Justice économique Accessibilité équitable aux leviers de création de richesse pour l’ensemble de la population sans sombrer dans le communisme
Légèreté de la taxation Taxation limitée et non abusive ; cela ne fut pas respecté en Chine impériale confucéenne
Distinction homme-femme La famille est un prototype de l’État, les sexes sont crées complémentaires et le rôle des femmes n’est pas en politique
Communautarisme Société holiste, familialiste et moralement exigeante sans effacer les individus
Emphase sur l’état moral des gens Favorise la régénération spirituelle et la droiture volontaire plutôt que la coercition répressive (mais ce faisant, l’objectif des calvinistes est de glorifier Dieu tandis que celui des confucéens est de perfectionner leur personne ad infinitum)


Lire aussi : Les Instituts Confucius, un outil au cœur de la stratégie de Soft Power chinois sur Chine Conquérante.

Read Full Post »

Pendant que des Genevois sont emballés par Confucius et que la récupération politique du confucianisme par les autorités chinoises est telle que certains analystes avancent que le Parti communiste chinois pourrait changer de nom pour « Parti confucéen chinois » d’ici quelques décennies, le protestantisme est en train de conquérir l’Empire du Milieu…

Le protestantisme est le principal bénéficiaire de la renaissance religieuse en Chine. Loin de Confucius, les nouveaux croyants, plutôt jeunes, se laissent attirer par des doctrines indépendantes du pouvoir. Les mégapoles chinoises sont ainsi devenues des terres de mission chrétienne très prometteuses.

[…]

Inquiètes de cette expansion inouïe, les autorités encouragent activement des rituels apparentés au confucianisme […] La presse officielle aime se faire l’écho d’une vogue confucéenne, mais il s’agit d’un phénomène avant tout académique, suscité par de généreuses subventions gouvernementales.

[…]

Les nouveaux croyants étant plutôt jeunes – 62 % ont moins de 39 ans – ils ne cherchent pas spontanément leurs nourritures célestes auprès de Confucius, perçu comme « antique ». Ils sont attirés par des doctrines plus en phase avec la modernité, plus chaleureuses et surtout plus indépendantes du pouvoir.

[…]

En conquérant les villes, le protestantisme, longtemps considéré comme la cinquième colonne de l’impérialisme occidental, a fini par s’acclimater dans l’Empire céleste. Il y a dix ans seulement, les chrétiens étaient suspectés de « trahir » la nation. Aujourd’hui, la vague évangélique est telle que chacun peut nommer plusieurs convertis dans son entourage. Au point que l’expression « wo xin jiao », (« je suis croyant ») signifie pratiquement « je suis chrétien ».

[…]

Pour Mme Yang, cela ne fait pas de doute, « la Chine sera majoritairement chrétienne dans vingt ans ». Un militant des droits civiques – converti lors d’un séjour en prison pour raison politique – n’y croit guère, sans pour autant perdre son optimisme. « Même si, comme je le pense, nous restons minoritaires, il suffit que nous atteignions une masse critique pour que tout bascule », explique-t-il.

[…]

Le christianisme – et spécialement le protestantisme – est l’un des grands gagnants de cette renaissance. En 1949, lors de la prise du pouvoir par Mao, la Chine comptait quelque cinq millions de chrétiens. Ils seraient cent millions aujourd’hui, – voire cent-trente millions si l’on en croit un rapport interne qui a fuité dans la presse en 2006 – dont les quatre cinquièmes de protestants. Soit une multiplication par vingt ou vingt-cinq en l’espace de soixante ans ! Rapportées aux chiffres globaux de l’ensemble des croyants, ces estimations font du christianisme la deuxième religion chinoise, touchant 7 à 10 % de la population.

[…]

Les groupes urbains, en revanche, pratiquent une dévotion plus retenue, inspirée de la rigueur calviniste. Le grand réformateur genevois est la figure tutélaire des intellectuels convertis. Pour Fan Yafeng, qui anime une église « plutôt rigoriste » d’intellectuels pékinois, le choix de la théologie réformée ne doit rien au hasard. « Nous avons attentivement lu ses écrits et nous sommes en train de tout traduire en chinois », révèle-t-il. Pour Yu Jie, autre célèbre penseur protestant, le calvinisme présente l’avantage d’avoir inspiré le système politique américain.

[…]

Ce n’est pas un hasard si ces intellectuels chrétiens sont également engagés dans l’important mouvement de « défense des droits civiques », entre autres au profit de leurs coreligionnaires des campagnes, trop souvent en butte aux exactions de potentats abusifs. Plus riches et plus au fait du fonctionnement du système, les églises urbaines pleines d’avocats, d’écrivains et de journalistes, mènent des batailles juridiques souvent perdues d’avance, mais qui ont le mérite de propager un modèle de justice et de droit. Au-delà de la communauté des croyants, c’est l’avenir du pays qui est en jeu.

Pour lire l’article en entier : Chine : Confucius ? Non, Calvin ! [Magazine Clés]

In China, the place where Calvinism is spreading fastest is the elite universities, fuelled by prodigies of learning and translation. Wang Xiaochao, a philosopher at one of the Beijing universities, has translated the two major works of St Augustine, the Confessions and the City of God, into Chinese directly from Latin. Gradually all the major works of the first centuries of the Christian tradition are being translated directly from the original languages into Chinese.

All of this is happening outside the control of the official body which is supposed to monitor and supervise the churches in China. Instead, it is the philosophy departments at the universities, or the language departments and the departments of literature and western civilisation that are the channel.

[…]

Calvinism should [is] the preferred theology of the house churches and the intellectuals now.

[…]

When the Chinese house churches first emerged from the rubble of the Cultural Revolution in the 80s and 90s « They began to search what theology will support and inform [them]. They read Luther and said, ‘not him’. So they read Calvin, and they said ‘him, because he has a theology of resistance.’ Luther can’t teach them or inform them how to deal with a government that is opposition. »

[…]

In China now, this kind of Christianity is seen as forward-looking, rational, intellectually serious, and favourable to making money.

« Very soon », said Dr Tan, « Christians will become the majority of university students. That could happen. »

It would be astonishing if China were to become a great power in the Christian world, as well as in the economic one. But things just as strange have happened in the past. Who could have foreseen, when Augustine was writing those huge books now translated into Chinese, that barbarous Europe would become the centre of Christian civilisation, and his homeland in North Africa would become entirely Muslim?

Pour lire l’article en entier : Chinese Calvinism Flourishes [The Guardian]

À propos du retour du confucianisme politique en Chine, ces ouvrages de Princeton University Press me paraissent intéressants…

Prochainement sur Le Monarchomaque, je publierai une étude comparative des théologies politiques du confucianisme et du calvinisme.

Read Full Post »

Dernière mise-à-jour : 21 avril 2017.

Debout pour le maintient du droit biblique, Paris, 2014

Debout pour le maintient du droit biblique, Paris, 2014

Debout pour le maintient du droit biblique, Washington, 2012

Autre argumentaire théonomiste en français : Le chrétien et la loi de Dieu, par Vincent Bru.

Read Full Post »

Cet article a été divisé et déplacé. Référez-vous dorénavant à ces articles :

MonumentCiel

Érudition complémentaire :

Read Full Post »

PartitionPalestine1922

Pour une abondance de ressources juridiques & historiques solides sur ce conflit, consultez cet opuscule : Mandate for Palestine — The Legal Aspects of Jewish Rights | PDF [Myths and Facts]

Les Arabo-musulmans détruisent délibérément les ruines du Temple de Jérusalem : Continued Destruction of the Temple Mount [Ritmeyer Archaeological Design]

L’histoire moderne de l’État hébreu est fort intéressante, mais précisons que si, entre les musulmans et l’État hébreu,  nous devons préférer l’État hébreu, c’est uniquement car les droits des protestants sont sensiblement mieux respectés en dans l’État hébreu que dans les autres nations du Moyen-Orient, et non à cause d’une inexistante « double alliance » simultanée (entre Dieu et les chrétiens + entre Dieu et les juifs), puisque sous la Nouvelle Alliance le vrai Israël est l’Église.

Read Full Post »

Older Posts »