Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2011

Les films hollywoodiens à saveur historique influent sur la compréhension de l’histoire et la vision du monde du grand public. Le Royaume des Cieux de Ridley Scott (2005), même s’il constitue une excellente pièce de divertissement, s’avère être assez pauvre en termes de fidélité aux données historiques. Condensé de culpabilisation de l’Occident et de propagande antichrétienne, des corrections s’imposent…

Comme on pouvait s’y attendre, le parti pris est plutôt favorable à l’islam, versant dans un oecuménisme d’une touchante naïveté. Rien de surprenant donc.

Source : Jean DARTOIS, « Cinéma : « Kingdom of Heaven » », L’Héritage, Numéro 3, hiver 2006, p. 6.

L’interprétation partiale du cinéaste, sa façon de totalement disculper les musulmans dans les sources du conflit, nous laisse un goût amer. On ajoutera également qu’il aurait fallu un héros tonitruant or celui qu’il nous propose est trop mielleux et effacé pour incarner l’âme du chevalier du XIIème siècle. Les sentiments humanistes et les idéaux multiculturalistes déversés tout au long du film au téléspectateur sont des transferts de notre société moderne, totalement anachroniques pour l’époque. (…)

Balian a tué le prêtre qui avait enterré sa mère après avoir vu que celui-ci l’avait dépossédée d’un crucifix qu’elle portait autour du cou. (…) À ce moment du film, le décor est posé. L’église endosse déjà le mauvais rôle : le prêtre a volé le crucifix (?!) de la mère suicidée.

Source : Kingdom of Heaven : Une vision orientée des Croisades [Europae Gentes]

En ce temps-là, il était tout simplement impensable de tenir un discours relativiste concernant la religion. La caricature qu’offre Balian (Olrando Bloom) sur la place publique de Jérusalem est ineffable. Surtout lorsqu’il explique que la Terre sainte ne compte pas car la Jérusalem céleste est dans le cœur de chacun et que les religions causent plus de troubles qu’autres chose, et que finalement, l’idéal, ce serait encore un bon syncrétisme inspiré des droits de l’homme, et que c’est dommage que personne ne comprenne, car cette situation peut encore durer des siècles (clin d’oeil grossier et simpliste à l’actuel conflit israélo-palestinien). L’individualisme foncier, la foi relevant du domaine privé et s’apparentant plus à la philosophie qu’à l’ontologie sont des structures mentales qui échappaient tout simplement aux contemporains, chrétiens et musulmans… l’apothéose de ce leitmotiv est d’ailleurs atteinte lorsqu’en aparté, les deux grands sages du film, Balian et Saladin, se laissent comprendre, à mi-mots, que Jérusalem en tant que lieu de spiritualité n’a aucune importance réelle. De là, Saladin, finaud, insinue que la prise de Jérusalem est plus un objectif politique qu’autre chose. De même, il rejette publiquement l’influence d’Allah sur ses victoires et ne les attribue qu’à son mérite personnel. Ce qui est tout bonnement impensable, là encore.

Source : « Les Croisés en Terre Sainte », Histoire du Christianisme Magazine, Numéro 28, juin 2005, p. 76.

This is a True Story – Only the Facts Have Been Changed

Kingdom of Heaven also distorts history beyond all recognition. The “hundred-year truce” between the Christian and Muslim armies is a figment of their imagination. The warfare throughout the 12th Century was incessant.

The depiction of the Knight’s Templar as a band of religious fanatics trying to shatter the truce and provoke war with the Muslims by attacking caravans, is a total fabrication. (…) Attacking caravans is what the founder of Islam, Muhammad, engaged in regularly. As did his handpicked apostles, the Caliphas. The Knights Templar were formed primarily to protect travellers from the attacks of the Muslim army. In fact it was the slaughter of Christian pilgrims, by Muslim armies, in violation of earlier agreements of safe passage, that precipitated the crusades in the first place.

The central figure of this film, Sir Balian, is a historical figure, who did in fact play a critical role in the defence of Jerusalem in 1187, but the filmscript distorts his character and role beyond all recognition. First of all, Balian was not a blacksmith, nor did his wife commit suicide, nor was he illegitimate, nor raised as a commoner. His father, Balian the Old (not Godfrey as in the movie), had three sons, all legitimate : Hugh, Baldwin and Balian. Balian never had to travel to the Holy Land, because he grew up as part of the nobility there. Balian was married to royalty long before the events portrayed in the film, and he was not at all romantically involved with the Princess Sybilla.

In Kingdom of Heaven, Balian is portrayed as questioning whether God exists, although according to the historical records it is clear that Balian was a dedicated Christian who took his faith very seriously. Nor did Balian desert the defence of the Holy Land following the fall of Jerusalem. Far from returning to France, Balian proceeded to Beirut in Lebanon which he helped fortify against Muslim invasion. He was present with Richard the Lionhearted at the signing of the peace with Saladin, which secured safe passage for Christian pilgrims and recognised crusader control over the 90 mile stretch of coastline from Tyre to Jaffa.

According to Kingdom of Heaven, the real hero in the story is the famous Muslim general, Saladin. (…) The film has uncritically accepted, and embellished, the legends about Saladin beyond what the historical record would support. (…) Far from having war forced upon him, Saladin initiated the conflict by declaring a Jihad against the Christians. He swept throughout Palestine capturing more than 50 crusader castles in two years.

(…)

In the film, Saladin is portrayed as being most gracious in allowing the defenders of Jerusalem safe passage. In fact after the negotiated surrender of Jerusalem, which the Patriarch of Jerusalem initiated, Saladin demanded that every man, women and child in Jerusalem pay a ransom for his or her freedom or face the grim prospect of Islamic slavery.

(…)

Twisted Theology

The theology in Kingdom of Heaven is also all wrong. The film depicts some monk standing by the roadside repeating : “To kill an infidel is not murder it is the path to heaven !” As any student of the Bible would be able to tell you, neither the concept nor those words appear anywhere in the Christian Bible. However, as any student of the Quran should be able to inform you, that is exactly what the Islamic doctrine of Jihad teaches.

At one point early in the film as Muslims bow in prayer towards Mecca, Balian comments : “You allow them to pray ?” A knight sneers and answers : “As long as they pay their taxes !” In fact the crusaders never required any extra taxes of Muslims in order to allow them to pray. That is the Islamic doctrine and practice of Jizya. To this day Muslim governments require Jizya – tribute taxes – of dhimmi’s (Jews and Christians under their Islamic rule).

(…)

Insults to Intelligence

Here we are expected to believe that : Balian is grieving his wife’s death, yet he does not even attend to her burial ; that Balian raised a commoner, trained only as a blacksmith, from France, could within days of arriving in Palestine be teaching the local people how to practice agriculture and dig wells in the desert ; and that this blacksmith with no military training could know more about siege weapons and military strategy that all the knights and military professionals concentrated in the Holy Land put together !

(…)

The fictional, adulterous relationship depicted between Balian and Princess Sybilla strains all credibility. As does Balian’s presumed ethical objections against executing the venomous and bloodthirsty husband of his presumed adulterous interest ! Apparently justice and the avoiding of a disastrous war were not as important as his adulterous affections.

(…)

Crusade Against Christianity

Producer Ridley Scott, and scriptwriter William Monahan, obviously hate Christianity. But, just in case any viewers lack the discernment to detect the unveiled anti-Christian hostility and prejudice, which permeates the entire movie, Ridley Scott, has gone on record as stating : “Balian is an agnostic, just like me.” Of course there was no such thing as agnosticism in the 12th Century, especially not amongst crusaders. Just in case anyone misunderstood the motivations behind his movie, Ridley Scott has been quoted as saying : “If we could just take God out of the equation, there would be no fucking problem !”

Source : Kingdom of Heaven Film Review [Frontline Fellowship]

On en apprend sur le caractère colérique et cruel de Saladin et sur les véritables événements ayant entouré la reddition de Jérusalem en 1187 :

Après la bataille de Hattin, il fit exécuter les 300 moines-soldats de l’ordre du Temple et de l’ordre des Hospitaliers. Il épargna provisoirement le grand-maître Gérard de Ridefort. Celui-ci fut conduit sous la tente du sultan avec deux autres prisonniers de marque, le roi Guy de Lusignan et le prince d’Antioche Renaud de Châtillon (également seigneur d’Outre-Jourdain et d’Hébron, il avait été prisonnier pendant 15 ans à Alep).

Le sultan tendit une coupe à Lusignan, signifiant par ce geste d’hospitalité qu’il ne saurait tuer un roi. Lusignan tendit la coupe à son voisin, Renaud de Châtillon. Colère de Saladin qui n’entendit pas lui étendre son hospitalité. Le sultan tira son épée et brisa l’épaule du prince d’Antioche. Des soldats entraînèrent le prisonnier hors de la tente et le décapitèrent.

Là-dessus, le sultan gagna la côte avec son armée en vue de s’emparer des ports et de prévenir le débarquement d’une nouvelle croisade. Il échoua devant Tyr, sauvée par l’arrivée providentielle d’un croisé énergique, Conrad de Montferrat.

Le 20 septembre 1187, l’armée musulmane se présente devant les murailles de la ville sainte. Les habitants chrétiens se défendirent avec la force du désespoir deux semaines durant. Le baron Balian d’Ibelin sollicita alors des négiciations avec Saladin. Celui-ci affirma qu’il n’avait aucunement l’intention d’épargner la population civile.

Ce à quoi Balian répondit : « En ce cas, nous égorgerons nos fils et nos femmes, nous mettrons le feu à la ville, nous renverserons le Temple et tous ces sanctuaires qui sont aussi vos sanctuaires. Nous massacrerons les cinq mille captifs musulmans que nous détenons, puis nous sortirons en masse et aucun de nous ne succombera sans avoir abattu l’un des vôtres ! »

Contraint par cette menace, Saladin accorda la possibilité aux chrétiens de se racheter. Saladin se résolut à négocier la vie sauve pour l’ensemble des défenseurs et des habitants, avec le droit pour tous les chrétiens de quitter la ville et de se réfugier en terre chrétienne. Selon les mœurs du temps, il libèra les plus riches habitants contre une rançon appréciable. Il libèra aussi 7 000 pauvres contre une rançon collective de 30 000 écus.

(…)

Entré le 3 octobre dans la ville sainte, Saladin fit aussitôt abattre la croix dorée érigée 88 ans plus tôt au sommet du Dôme du Rocher sur le Mont du Temple. Gérard de Ridefort fut torturé et exécuté dans sa cellule sur ordre de Saladin.

Dans le film Kingdom of Heaven, Saladin (…) est montré comme la quintessence du croyant éclairé, alter ego du bon chrétien. (…) Or, l’objectif avoué de Saladin était d’exterminer les chrétiens et de les chasser de Terre sainte. Contrairement à ce que montre ce film, il ne s’est pas montré magnanime lors de la prise de Jéruslam. Même s’il a laissé partir les rescapés capables de payer une rançon, ceux qui n’avaient pas l’argent (entre 11 000 et 16 000 personnes) ont été tués ou envoyés en esclavage s’ils étaient assez jeunes.

Source : « Les Croisés en Terre Sainte », Histoire du Christianisme Magazine, Numéro 28, juin 2005, p. 77.

Démolissons d’autres mythes…

Frustrated with the ways in which the Crusades have been used and distorted, a few historians are now attempting to close the yawning gap between the academy and general readers. (…)

Take, for example, what might be called the Myth of the Greedy Younger Son. This myth holds that an increase in population, the development of feudal primogeniture, and a series of bad harvests created a situation in medieval Europe where thousands of well-trained and land-hungry warriors were milling about with nothing to do. Rather than have them make trouble at home, Pope Urban II convinced them to carve out territories for themselves in the faraway Muslim world. (…) New research has definitively shown that Crusaders were predominantly the first sons of Europe : wealthy, privileged, and pious. Crusading was extremely expensive and more than a few noble families risked bankruptcy in order to take part. They did so for medieval, not modern, reasons. Crusading for them was an act of love and charity by which, like the Good Samaritan, they were aiding their neighbors in distress. Muslim warriors had conquered eastern Christians, taken their lands, and in some cases killed or enslaved them. The Crusader believed it was his duty to right that wrong.

The Greedy Younger Son is not the only myth historians have discarded. It may surprise some to learn that the Crusades were almost never profitable, since booty was so scarce. Or that the Christian settlers in the so-called Crusader Kingdom were not themselves Crusaders. Or that the Crusades met all the criteria of a just war, especially in their defensive nature. Or that the Crusades had nothing at all to do with colonialism. Or that the Crusades were in no way wars of conversion.If your image of Western civilization relies on a depiction of the Crusades as an insane and bloodthirsty attack on a peaceful and sophisticated Muslim world, then you are not going to like what recent historians have to say.

Source : Thomas MADDEN, « Crusaders and Historians », First Things, juin-juillet 2005.

Myth # 3 : When the Crusaders captured Jerusalem in 1099 they massacred every man, woman, and child in the city until the streets ran ankle deep with the blood.

This is a favorite used to demonstrate the evil nature of the Crusades. Most recently, Bill Clinton in a speech at Georgetown cited this as one reason the United States is a victim of Muslim terrorism. It is certainly true that many people in Jerusalem were killed after the Crusaders captured the city. But this must be understood in historical context. The accepted moral standard in all pre-modern European and Asian civilizations was that a city that resisted capture and was taken by force belonged to the victorious forces. That included not just the buildings and goods, but the people as well. That is why every city or fortress had to weigh carefully whether it could hold out against besiegers. If not, it was wise to negotiate terms of surrender. In the case of Jerusalem, the defenders had resisted right up to the end. They calculated that the formidable walls of the city would keep the Crusaders at bay until a relief force in Egypt could arrive. They were wrong. When the city fell, therefore, it was put to the sack. Many were killed, yet many others were ransomed or allowed to go free. (…) It is worth noting that in those Muslim cities that surrendered to the Crusaders the people were left unmolested, retained their property, and allowed to worship freely. As for those streets of blood, no historian accepts them as anything other than a literary convention. Jerusalem is a big town. The amount of blood necessary to fill the streets to a continuous and running three-inch depth would require many more people than lived in the region, let alone the city.

Source : Thomas MADDEN, « Crusade Myths », Catholic Dossier, Volume 8, Numéro 1, janvier-février 2002.

Un film sur le thème des croisades est sorti en 2007, Arn le Chevalier du Temple. Comme dans Le Royame des Cieux, Arn est plein de moralisme pro-arabe et anti-Église ennuyant… on dirait que ses producteurs suédois se sont directement inspiré de l’agnostique Ridley Scott pour plusieurs scènes.

Malgré les nombreux anachronismes, le film contient quelques bonnes scènes de bataille, comme celle de Montgisard (25 novembre 1177)…

Read Full Post »

De nos jours, lorsque les détracteurs de la religiosité s’évertuent à énumérer les crimes du christianisme, les croisades figurent habituellement en tête de liste, au même rang que l’Inquisition. Déjà au XIXe siècle, François-René vicomte de Chateaubriand déplora la mauvaise historiographie dont souffrent les croisades :

Les écrivains du XVIIIe siècle se sont plu à représenter les croisades sous un jour odieux. […] Les croisades ne furent pas des folies, comme on affectait de les appeler, ni dans leur principe, ni dans leur résultat. […] Les chefs de ces entreprises guerrières n’avaient pas les petites idées qu’on leur suppose, et ils pensaient sauver le monde d’une inondation de barbares. […] Où en serions-nous si nos pères n’eussent repoussé la force par la force ? Que l’on contemple la Grèce et l’on apprendra ce que devient un peuple sous le joug des musulmans. […] Les croisades, en affaiblissant les hordes mahométanes au centre même de l’Asie, nous ont empêchés de devenir la proie des Turcs et des Arabes [1].

Les Maures ont été plusieurs fois sur le point d’asservir la Chrétienté. Et quoique ce peuple paraisse avoir eu dans ses mœurs plus d’élégance que les autres Barbares, il avait toutefois dans sa religion, qui admet la polygamie et l’esclavage, dans son tempérament despotique et jaloux, il avait disions-nous, un obstacle invincible aux lumières et au bonheur de l’humanité. Les ordres militaires d’Espagne, en combattant ces infidèles, nous ont donc […] préservés de très grands malheurs. […] On a blâmé les chevaliers d’avoir été chercher les infidèles jusque dans leurs foyers. Mais on n’observe pas que ce n’était, après tout, que de justes représailles contre des peuples qui avaient attaqué les premiers les peuples chrétiens : les Maures […] justifient les croisades. Les disciples du Coran sont-ils demeurés tranquilles dans les déserts de l’Arabie, ou n’ont-ils pas porté leur loi et leurs ravages jusqu’aux murailles de Delhi et jusqu’aux remparts de Vienne ? Il fallait peut-être attendre que le repaire de ces bêtes féroces se fut rempli de nouveau, et parce qu’on a marché contre elles sous la bannière de la religion, l’entreprise n’était ni juste ni nécessaire ! Tout était bon, Teutatès, Odin, Allah, pourvu qu’on n’eût pas Jésus-Christ [2] !

Soulignons que l’épopée des croisades ne fut pas la première fois dans l’histoire où l’on se battit pour la possession de la Terre sainte. Par exemple, en l’an 628 de notre ère, l’Empire byzantin (de confession chrétienne orthodoxe) l’avait reconquise sur les Perses sassanides (de confession mazdéenne zoroastriste) qui la leur avaient ravie en 614.

Il est important d’insister que les seigneurs francs sont intervenus au Proche-Orient car le Basileus (Empereur byzantin) avait imploré leur aide dans l’espoir de récupérer ses contrées asiatiques occupées par les mahométans. En 1071, les Turcs convertis à l’islam avaient infligés une défaite majeure à Byzance lors de la bataille de Manzikert en Arménie où l’Empereur Romain IV Diogène fut fait prisonnier [3]. S’ensuivit une déroute de l’armée byzantine qui permit aux Turcs d’occuper la Syrie et de progresser en Anatolie. Le 1er mars 1074, le nouvel empereur byzantin, Michel VIII, adressa une lettre de secours aux chrétiens d’Occident, les enjoignant de faire preuve de charité comme le Seigneur le fit. Malgré les efforts du pape Grégoire VII, les Occidentaux n’allèrent pas prêter main forte à leurs frères d’Orient immédiatement [4]. Les Turcs prirent Nicée en 1075. Par 1082, presque toute l’Asie mineure était tombée sous la domination turco-islamique.

L’empereur suivant, Alexis Comnène, impuissant face à la foudroyante avancée ennemie et sachant que les Turcs seront bientôt aux portes de Constantinople, envoya une embrassade quérir des renforts dans le reste de la Chrétienté en 1094. Les Occidentaux étaient conscients que l’étau se resserrait sur l’Europe chrétienne et cela les préoccupaient de plus en plus.

En 1095, en réponse à la demande de Byzance, le pape Urbain II prononça un prêche galvanisant au Concile de Clermont qui donna le coup d’envoi à la première croisade [5]. À l’issue de celle-ci, il était prévu qu’Édesse, Antioche et Jérusalem soient rétrocédés aux Byzantins, mais après que ceux-ci aient joué dans le dos du contingent occidental pendant le siège de Nicée, le corps expéditionnaire croisé décida de faire cavalier seul et de conserver ses gains territoriaux [6].

Cicéron, un illustre sénateur romain et orateur hors pairs ayant vécu au Ier siècle avant notre ère, a posé les critères de la guerre juste. Pour être moralement justifiable, la guerre doit être faite « pour repousser l’ennemi ou pour venger une attaque [7] ». En fidélité à ces principes, Gratien, un éminent juriste scolasticien du XIIe siècle, expliqua dans son célèbre Decretum que pour être légitime, la guerre doit être faite « pour la défense de la patrie attaquée ou la récupération de biens spoliés [8] ».

En remettant les croisades dans leur contexte historique, on se rend compte qu’elles respectent assez bien les critères de la guerre juste. Assurément, plusieurs actes perpétrés par certains éléments indisciplinés de ces grands pèlerinages armés sont d’emblée condamnables. Désorganisés, mal encadrées et sans véritable commandement central, plusieurs des hommes prenant le chemin du Saint-Sépulcre (ou feignant le faire) ont, concédons-le, commis les crimes propres à toutes les guerres de large envergure.

Cela étant dit, la chronologie des événements rend indéniable le fait que les croisades furent la réaction occidentale à près d’un-demi millénaire d’agression islamique contre la Chrétienté. Avant que les chrétiens d’Europe de l’Ouest ne lancent leur première croisade, les musulmans avaient déjà conquis par la force des armes les deux tiers du monde chrétien (qui incluait alors la Mésopotamie et toute l’Afrique du Nord) [9] et massacré ou réduit en état d’infériorité juridique (dhimminitude) la moitié des chrétiens de la terre [10]. Dans le seul siècle ayant suivit la mort de Mahomet, on estime qu’environ 3200 églises furent rasées ou transformées en mosquées [11].

Souvenons-nous qu’en 827 les Arabes avaient envahis la Sicile et l’Italie du Sud et qu’en 846 ils avaient même assiégés Rome [12]. Ils multipliaient les raids sur la Sardaigne et la Corse. Après avoir traversés le détroit du Gibraltar et s’être emparés de la péninsule ibérique en 711, les Sarrazins avaient tentés de conquérir la Gaule mérovingienne ; ils en furent empêchés par la bravoure de Charles Martel et de la cavalerie franque à la Bataille de Poitiers en 732. Pépin le Bref, Charlemagne et Guillaume VIII d’Aquitaine durent eux aussi combattre la menace mahométane en Septimanie puis en Hispanie [13]. Dans cette perspective historique, nous devons considérer les croisades comme des guerres défensives. À long terme, les Occidentaux avaient le choix d’être subjugués par l’Islam ou bien de résister. Sans les croisades et les entreprises militaires similaires (la Reconquista puis les Saintes Ligues contre les Ottomans), il est clair que notre civilisation aurait été anéantie.

Ajoutons qu’en 937, l’église de la Résurrection et l’église du Calvaire à Jérusalem furent brûlées par le pouvoir arabo-musulman. En 1009, le calife Al-Hakim fit détruire l’église du Saint-Sépulcre et profaner le tombeau du Christ, et imposa des conversions forcées aux chrétiens [14]. En 1056, les habitants chrétiens de la cité sainte furent expulsés hors des murs. En 1078, les Turcs musulmans interdirent aux pèlerins chrétiens l’accès à Jérusalem et à ses lieux saints. Or en Europe médiévale, on considérait depuis des siècles que la libre circulation au berceau du christianisme était un droit sacré. Ainsi, la sécurisation de Jérusalem et de la route y menant par ceux qui prirent le nom de soldats du Christ doit indiscutablement être vu comme remplissant les conditions nécessaires de la guerre juste.

La persécution des chrétiens d’Orient précédant les croisades est une réalité historique amplement documentée qui suffit à elle seule à légitimer moralement l’intervention occidentale [15]. Même si les colonnes croisées ont saccagés quelques villes orthodoxes en Europe de l’Est et que leurs relations avec les autorités byzantines étaient généralement tendues, il est avéré que les croisés ont nettement amélioré la situation des chrétiens d’Orient dans les territoires du Levant qu’ils administraient [16].

Rappelons également que les barons francs, flamands et normands avaient infligé de sévères défaites aux mahométans en Anatolie en 1097. Un vaste territoire s’étendant de l’Ionie au Pont (incluant Nicée, Dorylée, Smyrne, Éphèse et Milet) fut restitué à l’Empire byzantin, et était encore sous sont contrôle au moment de la chute du dernier bastion latin en Terre sainte, Saint-Jean-d’Acre, en 1291. Par la suite, les Turcs durent mettre leurs énergies et leurs ressources sur la récupération de cette zone tampon avant de pouvoir arriver aux Dardanelles et débarquer dans les Balkans.

Justement, en 1299, soit à peine huit ans après que les croisés furent définitivement chassés de Terre sainte, la ville anatolienne de Bilecik fut perdue par Byzance aux mains des Turcs qui y proclamèrent l’Empire ottoman. « En accourant à l’aide des chrétiens orientaux, les croisés d’Occident vont repousser de quatre siècles la chute de Constantinople [17]. »

L’HÉRITAGE DES CROISADES EN OCCIDENT

Après que les troupes occidentales aient libéré la Terre sainte en 1917, Henri Joseph Gouraud, un général français ayant affronté les Turcs à Gallipoli, se rendit à la tombe de Saladin située à Damas. Il donna un coup de pied dessus et s’exclama « Saladin, réveilles-toi, ON EST ICI ! » La revue britannique Punch publia un dessin intitulé La dernière croisade où Richard Cœur-de-Lion s’écriait devant Jérusalem « Mon rêve enfin devenu réalité [18] ! » L’année suivante, le Premier ministre du Royaume-Uni, David George Lloyd, déclara à l’occasion d’un discours officiel à Jérusalem que « la guerre des croisades est maintenant terminée. »


[1] François-René DE CHATEAUBRIAND, Itinéraire de Paris à Jérusalem, volume 1, Paris, P.-H. Krabbe, 1848, p. 362-363.

[2] François-René DE CHATEAUBRIAND, Oeuvres choisies – Génie du christianisme, tome 3, Paris, Pourrat Frères, 1834, p. 139-140.

[3] André LARANÉ, « Désastre byzantin à Malazgerd », Hérodote, [En ligne], http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=10710819 (Page consultée le 1er février 2011)

[4] Thomas MADDEN et al. Les Croisades, Londres, Duncan Baird Publishers, 2004, p. 28 sur 224.

[5] Christophe DICKÈS et Jacques HEERS, « L’appel de Clermont », Canal Académie – Institut de France, [En ligne], http://www.canalacademie.com/27-novembre-1095.html (Page consultée le 1er février 2011)

[6] Marc CARRIER, « La première croisade (1095-1099) », Université de Sherbrooke, [En ligne], http://pages.usherbrooke.ca/croisades/croisade1.htm (Page consultée le 1er février 2011)

[7] Richard SORABJI, The Ethics of War, Burlington, Ashgate Publishing, 2006, p. 14-15 sur 253.

[8] Philippe CONTAMINE, La guerre au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 516 p.

[9] Thomas MADDEN, « Crusade Propaganda – The Abuse of Christianity’s Holy Wars », National Review, [En ligne], http://www.nationalreview.com/articles/220747/crusade-propaganda/thomas-f-madden (Page consultée ler février 2011)

[10] Bill BATHMAN, « Consider the Unthinkable – What if we lose this war ? », In Touch Mission, [En ligne], http://www.intouchmission.org/wp-content/uploads/0409_consider-the-unthinkable.pdf (Page consultée le1er février 2011)

[11] Peter HAMMOND, Slavery, Terrorism & Islam – The Historical Roots and Contemporary Threat, Cape Town, Christian Liberty Books, 2005, 166 p. [Résumé en ligne sur Frontline Fellowship], http://www.frontline.org.za/news/end_of_islam.htm (Page consultée le 1er février 2011)

[12] Sylvain GOUGUENHEIM, Aristote au Mont Saint-Michel – Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Seuil, 2008, p. 29 sur 280.

[13] Pierrick AUGAIN, « Guillaume VIII d’Aquitaine (1058-1086) », Passion & Patrimoine, [En ligne], http://www.passion-patrimoine.net/article-guillaume-viii-d-aquitaine-1058-1086-63806563.html (Page consultée le 1er février 2011)

[14] Jean RICHARD, « Face aux croisés », L’Histoire, no 337, décembre 2008, p. 52-55.

[15] Robert SPENCER, The Politically Incorrect Guide to Islam and the Crusades, Washington, Regnery Publishing, 2005, 270 p. [Traduction collective en ligne], Le Guide Politiquement Incorrect de l’Islam et des Croisades, http://gpii.precaution.ch/ (Site consulté le 1er février 2011)

[16] Jean RICHARD, opere citato, p. 52-55.

[17] André LARANÉ, « De l’appel de Clermont au départ des croisés », Hérodote, [En ligne], http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=82&ID_dossier=144 (Page consultée le 1er février 2011)

[18] Thomas MADDEN, opere citato, p. 204-205.

Read Full Post »

L’ouvrage Duplessis, son milieu, son époque regroupe les communications livrées par une trentaine d’historiens de toutes allégeances au colloque du même nom, organisé à Trois-Rivières en septembre 2009 par le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ). Monsieur Gélinas a qualifié cette ouvre de « premier effort sérieux de recherche historique depuis 30 ans » (depuis la biographie publiée par Conrad Black en 1977 dont le titre anglais original était Render Unto Caesar). Le passage du temps et le recul qu’il offre ont ainsi permis de jeter un regard plus serein sur une période controversée de notre histoire.

La période séparant la Seconde Guerre mondiale et la Révolution tranquille est mal-connue sous le nom de « Grande Noirceur ». Comme le démontre Charles-Philippe Courtois dans le premier chapitre de ce collectif, la revue Cité Libre de Pierre Elliott Trudeau est largement responsable de la fabrication de cette vision tronquée du Québec d’alors, présenté comme anti-démocratique et rétrograde. René Boulanger du journal Le Québécois (souverainiste de gauche) concède :

Le mérite de cet ouvrage, c’est de montrer que même s’il s’agissait d’un régime de droite et populiste, le gouvernement Duplessis a su pour l’essentiel préserver l’intégrité de l’État québécois face à la menace impérialiste. L’expression Grande Noirceur, vue sous cet angle, est certainement à revoir.

Voici des extraits de la préface de Denis Vaugeois, ex-ministre péquiste et actuellement président des Éditions du Septentrion.

+++++

Maurice Duplessis, puisque c’est de lui dont je dois parler, a le mérite d’avoir été un des fondateurs de l’Union nationale. Il a joué du coude pour accéder à sa direction. Fils d’un homme politique, il avait le goût de la politique ; élevé dans le respect des traditions, il aimait sa « Province de Québec ». (…)

Issu d’une famille à l’aise, il a tout de même vécu parmi des gens de condition modeste. Au Collège de Trois-Rivières, (…) (il développe) une réelle amitié pour des fils d’ouvriers ou de cultivateurs, ses confrères de classe. Contrairement, là aussi, à une fausse idée reçue, les collèges classiques n’étaient pas les repères d’une petite élite bourgeoise. Ils accueillaient des jeunes dont les parents étaient conscients de l’importance de l’instruction. Les parents faisaient les sacrifices nécessaires, les curés des paroisses qui avaient repéré les enfants les plus talentueux cherchaient de généreux bienfaiteurs, les autorités des institutions en cause géraient de façon serrée, les prêtres ne gagnaient à peu près rien. (…)

Le jeune Duplessis est un vrai Trifluvien : un petit dur. Bien élevé mais toujours un peu rustre. Dans son milieu, la fin justifie les moyens. Il aime la bagarre, prend un coup solide, du moins jusqu’à ce que les médecins l’incitent à la modération vu ses prédispositions au diabète. Sa vie, ce sera la politique ; sa compagne, la province. Les libéraux lui ont montré la façon de gagner des élections. Il s’en souviendra : le patronage fait partie du jeu politique depuis belle lurette. Mais rien ne remplace la ferveur populaire. Il le comprend vite. Il s’inquiète de l’emploi pour les ouvriers, des salaires aussi. Au lendemain de la guerre, la reprise économique est au rendez-vous ; les gens travaillent. À Trois-Rivières, les moulins à papier tournent à pleine capacité, (…) Duplessis sait que cette reprise est fragile. La nervosité des patrons l’inquiète, l’agitation des syndicats aussi. Il veille au grain. Il ne veut pas de conflits. Il connaît le drame du chômage ; il l’a côtoyé.

Victorieux en 1936, Duplessis connaît la défaite en 1939. Elle lui servira de leçon et donnera l’occasion à ses adversaires de commettre des erreurs dont ils ne se relèveront pas facilement. Duplessis ne pardonnera pas à Adélard Godbout, premier ministre de 1939 à 1944, les concessions faites au fédéral « pour le temps de la guerre ». (…) Godbout (…) se laisse duper par Ottawa, confie au fédéral l’entière compétence en matière d’assurance-chômage et cède « le droit exclusif de lever les grands impôts directs ». Leur reconquête alimentera l’action de Duplessis à partir de 1944 : protéger et défendre le « butin » du Québec devient son slogan. Le chef de l’Union nationale sera le champion de l’autonomie provinciale ; il luttera contre toute intrusion fédérale. Et il saura être convaincant ! J’ai le souvenir de mon père qui refusait les allocations familiales instaurées en 1944 par le gouvernement King. Mon père appartenait à une famille libérale mais l’autonomie provinciale, c’était sacré. (…)

L’opposition à Duplessis était pourtant de plus en plus vive, mais pas suffisante pour entraîner la perte du pouvoir. (Dans) les comtés ruraux, Duplessis était littéralement vénéré. Les cultivateurs lui devaient l’Office du crédit agricole, qui les avait sauvés de la catastrophe, et l’Office de l’électrification rurale, qui avait permis à 90 % des ruraux de profiter de l’électricité. Même s’il croyait profondément en l’entreprise privée, Duplessis ne boudait pas les travaux publics lesquels lui permettaient de rejoindre plusieurs objectifs. (…) Il mit au monde de petits entrepreneurs québécois avec un programme intense de construction de routes, de ponts, d’écoles et d’hôpitaux. (…)

Un jour, j’ai voulu y voir clair. J’ai tapé « Grande Noirceur » sur Google. J’ai eu droit à une belle entrevue de Fernand Dumont ; j’ai appris que sous Duplessis il s’était créé 100 000 emplois en dix ans (1946-1956) (Robert Bourassa devancé par Maurice Duplessis !), que le salaire moyen avait plus que doublé pendant la même période, qu’un million de jeunes étaient fortement scolarisés en 1960 et qu’ils furent en réalité les vrais artisans de la Révolution tranquille. (…)

Je n’ai pas eu plus de griefs contre Duplessis que j’en ai eu contre Pierre Elliott Trudeau. Duplessis pratiquait la chasse au communisme alors que Trudeau la faisait au séparatisme — et avec pas mal plus de dommages. Si je mets la Loi du cadenas en parallèle avec la Loi des mesures de guerre, franchement la cause est vite entendue. (…)

Récemment, j’entendais, à la radio, une de mes voisines d’enfance raconter que son père lui avait expliqué qu’elle n’avait pas obtenu de bourse « parce que son père était un bon libéral ». Curieusement, les deux filles de ladite famille ne reçurent pas de bourses, mais leur frère (qui avait le même père, c’était courant à l’époque) fit des études universitaires. (…)

Autrement dit, depuis un demi-siècle on raconte n’importe quoi. Un autre qui a fait une belle carrière politique explique que, face au refus par Duplessis d’une bourse d’études, ses collègues l’ont maintenu sur la liste des professeurs pendant des années, lui permettant de toucher un salaire alors qu’il était à l’étranger. Quand on dit que Duplessis contrôlait tout, il faut croire que son système avait des failles.

En 1959, les autorités ouvraient une École normale pour garçons à Trois-Rivières. Le Séminaire de Trois-Rivières avait commencé à engager des professeurs laïques déjà fort nombreux dans le secteur public. (…) Celles et ceux qui ont dirigé le Québec dans les années 1960 avaient été formés pendant cette fameuse Grande Noirceur. (…) Ce fut le cas également de ces ingénieurs canadiens-français formés dans les chantiers de la Bersimis (I-1956 et II-1959) et dont les réalisations firent la fierté des Québécois et l’émerveillement des spécialistes étrangers.

Le 15 novembre 1976, l’embarras du choix fut un réel problème pour René Lévesque. Finalement, en passant en revue sa première équipe, il ne pouvait s’empêcher de constater qu’il avait autour de lui le cabinet dont les membres étaient certes les plus scolarisés de toute l’histoire du Québec. À l’exception du jeune Claude Charron, ils étaient tous issus de l’ère Duplessis. Finalement, René Lévesque avait peut-être plusieurs raisons de sortir du placard la statue de Duplessis et de lui accorder une place d’honneur sur la Grande Allée !

La déclaration citée ci-bas fut faite à l’occasion d’un banquet préélectoral à Trois-Rivières le 21 avril 1948. Elle est représentative de la pensée politique du chef de l’Union nationale.

La province de Québec gagne des éléments de stabilité et de sécurité qu’on ne voit nulle part ailleurs. Ce sont ces garanties de stabilité et de sécurité que nous voulons garder en restant maîtres chez nous. Le meilleur moyen de les conserver, c’est de faire des lois à Québec par Québec et pour Québec, et non pas d’être à la rebord d’aucun parti fédéral quel qu’il soit !

Il est intéressant de noter que le slogan « MAÎTRES CHEZ NOUS » faisait partie du discours nationaliste canadien-français bien avant la Révolution tranquille. Jean Lesage et son « équipe du tonnerre » n’ont rien inventés, ils n’ont fait que reprendre à leur compte le « momentum social » créé par leurs prédécesseurs unionistes… tout en diabolisant ces mêmes unionistes qui ont préparé le terrain en affrontant quinze années durant les velléités centralisatrices d’Ottawa. Sans Maurice Duplessis et le règne de l’Union nationale, la Révolution tranquille n’aurait probablement pas été possible. « Duplessis ne serait-il pas en fait le véritable père de la Révolution tranquille, celui qui a établi les conditions propices à son éclosion ? » (dixit Pierre-Étienne Paradis).

Personnellement, j’irais jusqu’à dire que sans les manœuvres opérées par Duplessis, le Québec serait peut-être disparut en tant qu’État supra-municipal, le Canada devenant un État non-fédératif (comme la France, par exemple). On pourrait en discuter longuement. Mais on ferait bien d’écouter Duplessis nous parler en téléchargeant gratuitement quatre de ses plus célèbres discours sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Précédemment sur Le Monarchomaque : Réhabiliter Duplessis.

Read Full Post »

L’hebdomadaire catholique La Vie faisait dans son édition du 24 octobre 2005 un dossier spécial sur le protestantisme (numéro 3138). Le journaliste a posé la question suivante à deux pasteurs réformés : « Le protestantisme français peut-il mourir ? » Ces deux pasteurs incarnent l’avenir de l’Église Réformée de France (ERF). L’un d’eux a répondu « oui ». Gilles Boucomont, pasteur de la paroisse réformée du Marais à Paris, donne un témoignage inquiétant.

Notre protestantisme historique a perdu sa substance. Nous nous sommes laissés instrumentaliser. On nous a demandé d’être des chrétiens présentables, moins ringards que les cathos, qui soient pour la contraception, l’avortement, le préservatif. Nous sommes devenus le faire-valoir de la pensée unique, la bonne conscience du christianisme. Avec notre « liberté éthique », nous avons cautionné le dogme du laxisme ambiant. C’est pitoyable, même si les protestants adorent être cette élite qui pense juste. Le protestantisme est devenu sociologique. On a gardé la culture, mais pas la sève. Je rencontre des jeunes qui me disent : « je suis protestant, mais pas chrétien ». Nos cultes sont intellos — ou croient l’être, ce qui est pire.

Notre problème est notre rapport à la Bible : l’approche critique des textes est devenue un dogme. La Bible n’a plus d’autorité. Une lecture spirituelle de la Bible est désormais entachée de soupçon. On a opposé, à tort, lecture savante et lecture pieuse de la Bible. Nos pasteurs, formés à cette lecture savante, ont oublié le Saint-Esprit. L’enjeu est clair : soit on veut continuer le ministère de Jésus, soit on devient les gentils gestionnaires d’un lobby bien vu de tous.

Il faut affirmer la puissance du Christ, venu pour guérir les malades et chasser les démons. Les gens souffrent dans leur âme. Et moi je leur dirais d’aller voir un psy ? Alors que j’ai, au nom du Christ, le devoir de les aider ? Quand je dis que je fais des exorcismes, certains me prennent pour un fou. Ou un manipulateur. Guérir au nom de Jésus n’a rien à voir avec une spiritualité désincarnée. La solution est très simple : il faut replanter les paroisses dans la prière et dans la Bible. L’expérience prouve qu’elles se remplissent alors.

Cet autre commentaire d’un autre pasteur de l’Église Réformée de France — qui est théoriquement la descendante directe des Huguenots des 16e et 17e siècles — confirme que le courant d’héritage calviniste est à la dérive (pour ne pas dire en perdition) :

Dans l’Église Réformée de France, on a le droit de ne pas être trinitaire (on a le droit aussi de l’être). Ce n’est pas demandé aux pasteurs, et c’est encore moins demandé aux fidèles. Quand une personne désire s’inscrire sur la liste des membres de l’association gérant notre église, la confession de foi demandée est simplement « Jésus-Christ est Seigneur », en comprenant ces quelques mots d’une façon libre et personnelle, c’est à dire pas nécessairement en comprenant Seigneur comme « Dieu », bien entendu.

Et, de fait, j’ai bien l’impression que la doctrine de la trinité serait en déclin continu depuis quelques générations déjà. Vous serez peut-être intéressé par le magazine Évangile et liberté, qui appartient à une sensibilité libérale (au sens théologique du terme) et souvent non-trinitaire.

Cous pouvez aussi chercher en direction des « unitariens », ce sont des chrétiens [sic] qui sont en général ouverts, sauf sur le point particulier de la trinité. Pourquoi pas, après tout ? Mais, personnellement, si une personne exprime sa foi de façon trinitaire, je trouve cela un peu surréaliste, mais dans le fond je me sens sincèrement en communion avec cette personne, même si je ne m’exprimerais pas de la même façon.

Ah ! Misère ! Les réformateurs français Jean Calvin, Théodore de Bèze et Guillaume Farel doivent se retourner dans leur tombe.

Il semble que ce dérapage doctrinal et moral affecte substantiellement moins le milieu évangélique que les milieux réformé et luthérien. Les communautés évangéliques progressent d’ailleurs de façon non-négligeable en France. Ironie de l’histoire : de nombreux Coréens viennent joindre l’effort de rechristianisation de l’Europe.

En ces temps où l’étau se resserre sur les chrétiens et où, succombant à cette pression culturelle  doublée d’une persécution politique, des centaines de milliers de nos frères glissent dans l’erreur jusqu’à perdre leur salut, je pense c’est un bon moment  pour nous remémorer quelques symboles de la lutte franco-protestante, en premier lieu l’enclume et la devise « TANT  PLUS À ME FRAPPER ON S’AMUSE, TANT PLUS DE MARTEAUX ON Y USE ! »

Cette maxime signifie que même si le gouvernement (autrefois monarchique, absolutiste & papiste ; aujourd’hui technocratique, jacobin  & laïcard) est capable de persécuter le protestantisme français au point de réduire à l’état de clandestinité les adhérents de la foi réformée/évangélique, il ne pourra jamais écraser la Parole de Dieu révélée dans les Saintes Écritures, et il ne pourra jamais détruire la Vérité chrétienne immuable et transcendante.

Un autre symbole franco-protestant datant de cette époque est la croix huguenote, composée d’une croix de Malte jonchée de quatre lys et d’une colombe (représentant le Saint-Esprit). Elle fut conçue suite à la révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV en 1685. Jusqu’en 1787, ce fut la terrible période du « Désert », pendant laquelle le protestantisme était illégal, les pasteurs étaient envoyés aux galères et les fidèles subissaient toutes sortes d’exactions (telles les dragonnades).

Marie Durand, une jeune femme qui fut capturée puis emprisonnée dans la Tour de Constance car son frère avait été impliqué dans une escarmouche opposant les forces royales et des insurgés huguenots, passera toute sa vie enfermée car elle refusait d’abjurer sa foi. Pour encourager ses sœurs en Christ et ses coreligionnaires calvinistes qui continuaient le combat à l’extérieur, elle a gravé « REGISTER » (c’est-à-dire « résistez » en vieux français) dans le ciment de sa prison ; ce souvenir douloureux toujours visible aujourd’hui  :

La devise « RÉSISTEZ » fut reprise par les luthériens français du Pays Messin (ville de Metz et villages voisins en Moselle), que la persécution frappa également après 1685. La plaque ci-dessous fut apposée sur la porte d’entrée d’un de leurs temples lorsqu’ils furent réouverts environ cinquante ans plus tard. Elle porte l’inscription latine « PREMIMUR NON OPPRIMIMUR » — « OPPRIMÉS MAIS PAS ABATTUS » (2 Corinthiens 4).

Au XXe siècle, ces symboles ont changés de sens et sont devenus non plus une marque du clivage catholique-huguenot, mais celle de la résistance franco-protestante au totalitarisme anti-chrétien émanant du pouvoir séculier. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les unités protestantes des Forces Françaises Libres arborèrent un insigne combinant ces différents symboles ainsi qu’une croix de Lorraine…

La Résistance en France et hors de France

En France, il est vrai que la résistance proprement militaire n’est pas plus forte que celle de la population dans sons ensemble, et il n’y a pas véritablement de « maquis protestants », en dehors de quelques poches de refuge ou de résistance dans les régions de forte tradition protestante, dont Le Chambon-sur-Lignon, village du Vivarais, est le symbole. Il s’agit surtout d’une une résistance civile et spirituelle au régime de Vichy, par le biais de nombreux réseaux. Les différents groupes d’études crées par André Philip, aboutiront à la création en février 1943 du « Comité Général d’Études », comprenant de nombreux protestants, réfléchissant aux problèmes juridiques, politiques et économiques qui se poseront à la Libération.

Hors de France, la proportion de protestants parmi les Forces Françaises Libres (FFL) et dans l’entourage du Général de Gaulle est importante : le Commissariat général était « un nid de protestants », si bien que la propagande de Vichy crut bon de diminuer le Général en prétendant qu’il était protestant ! Plusieurs personnalités ont un rôle essentiel, en particulier le pasteur/aumônier Frank Christol et l’ex-député André Philip. On citera également Pierre Denis, responsable des finances de la France libre, René Massigli occupa le poste de Commissaire aux Affaires étrangères dans le gouvernement provisoire, Maurice Couve de Murville qui, après le débarquement américain en Afrique du Nord, abandonne ses fonctions à Vichy et deviendra Commissaire aux finances dans le gouvernement provisoire.

Le nombre de protestants morts pour la France est difficile à évaluer, mais par exemple on estime qu’à Bir-Hakeim en juin 1942, bataille acharnée à l’issue de laquelle le Général Koenig repoussa l’Afrika Corps de Rommel, la proportion de protestants engagés dans les FFL (légionnaires, Océaniens, Africains) fut supérieure à la moyenne nationale. Plusieurs protestants ont été faits Compagnons de la Libération. Nombreux sont les protestants déportés dans les camps de concentration allemands.

La Libération

Lors de la Libération, de nombreux protestants font partie des nouvelles autorités administratives, et devant certains excès de l’épuration, beaucoup de pasteurs, anciens résistants, interviennent en faveur d’une justice moins expéditive.

L’attitude des protestants durant la Deuxième Guerre mondiale ne passa pas inapercue. Répondant, le 17 juin 1945, à un message que lui avait envoyé le Synode National de l’Église Réformée de France, Charles de Gaulle écrit que durant la guerre « le protestantisme français a su garder la claire vision de l’intérêt véritable et du devoir sacré de la patrie. Cette attitude était conforme à l’esprit d’indépendance, de résistance à l’oppression, de fidélité au drapeau, qui anime la tradition de vos églises ».

Source : Les protestants et la vie publique [Musée virtuel du protestantisme français]

Read Full Post »